Accéder au contenu principal

Hongrie : une rédaction se saborde par crainte d'une mise au pas

Logo du principal site d'information indépendant de Hongrie, Index.hu, dont la quasi totalité des journalistes a démissionné pour protester contre le limogeage de leur rédacteur en chef, sous la pression selon eux de proches du gouvernement de Viktor Orban
Logo du principal site d'information indépendant de Hongrie, Index.hu, dont la quasi totalité des journalistes a démissionné pour protester contre le limogeage de leur rédacteur en chef, sous la pression selon eux de proches du gouvernement de Viktor Orban ATTILA KISBENEDEK AFP/Archives
3 mn
Publicité

Budapest (AFP)

La quasi totalité des journalistes du principal site d'information indépendant de Hongrie a démissionné vendredi pour protester contre le limogeage de leur rédacteur en chef, sous la pression selon eux de proches du gouvernement de Viktor Orban.

Szabolcs Dull, rédacteur en chef d'Index.hu, a été licencié mercredi du portail d'informations le plus lu du pays, rare voix critique envers le pouvoir hongrois dans un paysage médiatique où la diversité d'opinions a drastiquement régressé ces dernières années.

Dans un communiqué publié vendredi, la rédaction d'Index a annoncé que trois autres rédacteurs en chef avaient "pris l'initiative de quitter leurs fonctions" au sein du média, "suivis par plus de 70 journalistes", soit l'écrasante majorité des quelque 90 membres de la rédaction.

Qualifiant le licenciement de M. Dull "d'ingérence", ils ont dénoncé "une tentative manifeste de faire pression sur Index.hu".

Szabolcs Dull a été licencié après avoir protesté, le mois dernier, contre une proposition de refonte du site d'informations par ses propriétaires, affirmant que son indépendance était menacée en raison de "pressions extérieures".

Mercredi, la direction du média avait expliqué que M. Dull était limogé pour avoir divulgué aux médias des documents internes.

Des craintes sur l'avenir d'Index étaient apparues en mars suite à l'achat d'une participation de 50% dans l'agence de publicité du portail par un puissant homme d'affaires proche du gouvernement, Miklos Vaszily.

Index.hu fait partie de la poignée de sites internet qui continue de revendiquer une indépendance éditoriale en Hongrie, un pays d'Europe centrale situé à la 89e place sur 180 pays au classement mondial de la liberté de la presse publié par l'ONG Reporters sans frontières. Il était 23e au retour au pouvoir de M. Orban en 2010.

Sous les mandats de Viktor Orban, le paysage médiatique a été profondément remanié: les médias publics sont devenus le relais de la politique du gouvernement tandis que des proches du pouvoir ont acheté des pans entiers du secteur des médias privés. Certains titres ont cessé de paraître du jour au lendemain, d'autres se sont vu imposer une ligne éditoriale pro-gouvernementale.

Ces transformations ont valu au dirigeant souverainiste, régulièrement épinglé pour ses penchants autoritaires et xénophobes, de nombreuses mises en garde de l'UE.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.