Algérie : l'ex-correspondant de France 24 Moncef Aït Kaci et Ramdane Rahmouni libérés

Moncef Aït Kaci, journaliste algérien, correspondant de France 24 jusqu'à peu, arrêté puis libéré à Alger.
Moncef Aït Kaci, journaliste algérien, correspondant de France 24 jusqu'à peu, arrêté puis libéré à Alger. © Capture France 24

Moncef Ait Kaci, correspondant de France 24 jusqu'à peu en Algérie, et le réalisateur Ramdane Rahmouni ont été libérés, mercredi 29 juillet, après avoir été interpellés, puis placés en détention provisoire à Alger.

Publicité

Le journaliste algérien Moncef Aït Kaci, correspondant de France 24 jusqu'à tout récemment, a été libéré mercredi 29 juillet, après avoir été arrêté le même jour à Alger, sans que son avocat ne puisse préciser les raisons exactes de son interpellation.

Notre confrère avait été arrêté en compagnie de son prestataire technique, Ramdane Rahmouni, qui a été lui aussi libéré mercredi. Ce dernier avait assuré les aspects techniques de l’entretien accordé à France 24 du président algérien, Abdelmadjid Tebboune, le 4 juillet dernier.

Les faits reprochés à Moncef Aït Kaci n'ont pas été dévoilées, mais selon sa défense, il s'agirait d'un problème d'accréditation de presse auprès des autorités algériennes.

RSF dénonce une "répression accrue de la liberté de la presse"

L'arrestation du journaliste et de son cameraman ont soulevé la colère et l'incompréhension auprès journalistes algériens et déclenché les récriminations sur les réseaux sociaux. 

"Reporters sans Frontières (RSF) est profondément inquiète de la répression accrue de la liberté de la presse en Algérie : les autorités s'enfoncent dans la spirale infernale de la répression, où de nouvelles mesures arbitraires servent à masquer les précédentes", a déploré RSF dans un tweet. 

La Direction de France Media Monde et de France 24 a travaillé sans relâche afin d’obtenir les libérations de Moncef Ait Kaci et de Ramdane Rahmouni. 

Les autorités algériennes avaient été saisies dès hier soir. Des avocats étaient auprès d’eux. Le Quai d’Orsay et sa cellule de crise avaient été alertés. 

Les journalistes de France 24 tiennent, bien évidemment, à apporter tout leur soutien à leurs confrères injustement arrêtés. 

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine