Accéder au contenu principal

États-Unis : un accord autorise le retrait progressif des policiers fédéraux de Portland

Des agents des forces de l'ordre fédérales, déployés en vertu du nouveau décret de l'administration Trump, font face à des manifestants antiracistes à Portland, Oregon, aux États-Unis, le 17 juillet 2020.
Des agents des forces de l'ordre fédérales, déployés en vertu du nouveau décret de l'administration Trump, font face à des manifestants antiracistes à Portland, Oregon, aux États-Unis, le 17 juillet 2020. © Nathan Howard, Reuters
|
Vidéo par : Noémie ROCHE
4 mn

Les autorités de l'Oregon et le gouvernement de Donald Trump ont annoncé mercredi avoir trouvé un accord sur le retrait progressif de policiers fédéraux de Portland à partir de jeudi. Mais, selon l'administration américaine, les agents resteront sur place en cas de recrudescence des violences. 

Publicité

La gouverneure de l'Oregon a annoncé mercredi 29 juillet qu'une unité de police fédérale avait accepté de se retirer de Portland, bien que des représentants américains ont déclaré que des agents seraient présents jusqu'à ce que le climat s'améliore dans la ville après plusieurs semaines de heurts avec des manifestants.

"Après des discussions avec le vice-président et des responsables de l'administration, le gouvernement fédéral a accepté ma demande et va commencer à retirer ses agents", a écrit dans un communiqué Kate Brown, gouverneure démocrate de cet État du nord-ouest des États-Unis.

Kate Brown a déclaré que le vice-président américain Mike Pence avait accepté un retrait "par phases" des agents fédéraux. Leur déploiement a nourri un conflit entre des maires démocrates et le président républicain Donald Trump sur le recours à des forces fédérales dans leurs villes.

Un retrait progressif à partir de jeudi

Dans un communiqué, elle a précisé que le projet prévoyait que les agents protégeant un tribunal fédéral de Portland commencent à quitter le centre-ville à compter de jeudi.

De son côté, le ministre de la Sécurité intérieure par intérim, Chad Wolf, a souligné que ces agents fédéraux étaient "toujours là" et resteraient "jusqu'à ce que nous voyions que le plan fonctionne et que le tribunal n'est pas perpétuellement attaqué".

La police locale doit assurer le maintien de l'ordre à l'extérieur des bâtiments, à charge pour les agents fédéraux de sécuriser les lieux comme à l'ordinaire.

"L'État d'Oregon a finalement accepté de coopérer avec nos forces fédérales, exactement ce que nous demandions depuis que les violences ont éclaté voici deux mois. Nous sommes heureux que l'Oregon corrige ses erreurs", a argumenté le ministre.

Des policiers face à des "anarchistes et des agitateurs", selon Trump

Le message a toutefois été brouillé par le président Donald Trump, qui avait lancé quelques heures plus tôt que les autorités locales devaient d'abord "nettoyer" la ville des "anarchistes et des agitateurs", louant "le travail fantastique" des policiers fédéraux.

Il a réitéré ses attaques lors d'un déplacement au Texas, menaçant "d'envoyer la Garde nationale" à Portland.

>> À lire aussi : Mouvement Black Lives Matter : des "murs de mamans" pour protéger les manifestants

"S'ils ne règlent pas le problème localement très bientôt, nous allons envoyer la Garde nationale et résoudre ça très rapidement", a clamé le président Trump.

La mort de George Floyd, quadragénaire noir asphyxié le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc, a déclenché dans tous les États-Unis d'énormes manifestations antiracistes. La mobilisation s'est considérablement affaiblie, mais des poches de contestation ont persisté, notamment à Portland, nettement marquée à gauche.

Le déploiement d'agents fédéraux, parfois issus des douanes ou de la police aux frontières et arborant toute une panoplie militaire, a eu pour effet de durcir le mouvement dans cette ville à la longue histoire contestataire.

Depuis deux semaines, ces rassemblements pacifiques finissent quasi systématiquement par dégénérer en heurts avec les forces de l'ordre.

La police fédérale envoyée dans d'autres grandes villes démocrates

Depuis l'envoi de forces fédérales à Portland, le gouvernement a décidé d'en dépêcher dans d'autres grandes villes du pays, pour la plupart gérées par des démocrates, comme Chicago.

Le gouvernement de Donald Trump a annoncé mercredi l'envoi de ces forces dans trois nouvelles villes (Cleveland, Detroit et Milwaukee), officiellement pour les aider à endiguer une recrudescence de la criminalité. 

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.