Accéder au contenu principal

Tests d'automne: six matches pour les Bleus, tournoi inédit en vue

Le président de World Rugby Bill Beaumont à côté du Prince du Japon Akishino lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de rugby 2019, le 20 septembre à Tokyo
Le président de World Rugby Bill Beaumont à côté du Prince du Japon Akishino lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de rugby 2019, le 20 septembre à Tokyo CHARLY TRIBALLEAU AFP/Archives
3 mn
Publicité

Paris (AFP)

Six matches au lieu de 3 habituellement: World Rugby a doublé jeudi la fenêtre internationale pour les tests d'automne, malgré l'opposition des Ligues anglaise et française, ouvrant la voie à l'organisation d'un tournoi inédit en Europe.

"Aujourd'hui est un jour important pour notre sport car il constitue un premier pas vers la reprise après la pandémie mondiale de Covid-19." Bernard Laporte, vice-président de World Rugby et président de la Fédération française de rugby (FFR), peut se réjouir: l'ancien sélectionneur entrevoit le XV de France disputer 6 matches entre le 24 octobre et le 6 décembre, ce qui permettrait de renflouer en partie une trésorerie mise à la mal par la crise sanitaire.

Soit, dans l'ordre, un match de préparation le 24 octobre (contre l'Ecosse ou le pays de Galles); l'Irlande le 31 octobre en clôture du Tournoi des six nations, que les Bleus peuvent remporter pour la première fois depuis 2010; et ensuite, après un week-end de coupure, 4 semaines pour une compétition inédite regroupant les six nations et potentiellement deux invités (Fidji, Japon ou Géorgie). Rien n'est encore officiel mais l'option de deux poules de 4 avec un match de classement pour terminer tient bien la corde, selon les médias britanniques.

Du côté de l'hémisphère sud, et toujours si la situation sanitaire le permet, le Rugby Championship aura lieu à la même période (7 novembre - 13 décembre), sur six week-ends d'affilée et dans un seul pays pour limiter les risques de contagion et des transports internationaux problématiques en cette période de pandémie. La Nouvelle-Zélande, épargnée par le virus, est fortement pressentie pour l'accueillir.

- Trop pour les Ligues -

"L'accord et l'approbation de ce calendrier (...) constituent une étape importante dans le soutien à nos fédérations pour les aider à atténuer l'impact financier et à optimiser la reprise du rugby après la pandémie, de manière équitable", s'est félicité le président de World Rugby Bill Beaumont. "Toutes les parties ont cherché à trouver la meilleure solution possible pour soutenir les intérêts du rugby international, des clubs et des joueurs", a ajouté l'Anglais.

Une référence aux trois mois de discussions avec les Ligues anglaise et française qui n'ont pu permettre d'aboutir à un compromis: dès l'annonce d'une possible modification de la règle 9 pour étendre de 3 à 6 week-ends la mise à disposition des internationaux, la Premiership et la LNR avaient dénoncé la semaine dernière une "décision unilatérale".

Les puissants clubs du Top 14, qui emploient les internationaux français mais aussi étrangers (Fidjiens, Géorgiens, Argentins, Sud-Africains) et sont eux aussi en grave difficulté financière après l'interruption définitive de la saison et les incertitudes sur la suivante, estiment avoir déjà consenti à "un effort très important" en proposant 5 matches internationaux au lieu de 3.

- Galthié veut ses 6 matches -

Le sélectionneur des Bleus Fabien Galthié est sorti de sa réserve mercredi en affichant sa volonté de disputer les six matches. "Plus tu joues ensemble, plus tu progresses," a déclaré l'ancien international dans un entretien à Sud-Ouest.

La LNR, avec ou sans la Premiership, ira-t-elle à l'affrontement avec un recours légal contre World Rugby pour être passé en force en modifiant la règle 9 ? Le temps presse pour toutes les parties --la saison reprend le 4 septembre en France-- et le gouvernement français n'a pas incité à l'optimisme en maintenant jusqu'au 31 août une jauge maximale de 5.000 personnes dans les stades, même avec dérogations préfectorales pour relever le plafond. Impossible de savoir aujourd'hui combien de spectateurs comptera le Stade de France fin octobre pour voir les Bleus jouer la victoire finale dans le Tournoi...

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.