Accéder au contenu principal

Tour de Burgos: solo d'Evenepoel dans la 3e étape

Le Belge Remco Evenepoel au départ de la classique Danilith-Nokere Koerse, à Nokere, le 20 mars 2019
Le Belge Remco Evenepoel au départ de la classique Danilith-Nokere Koerse, à Nokere, le 20 mars 2019 DAVID STOCKMAN Belga/AFP/Archives
2 mn
Publicité

Paris (AFP)

A 20 ans, le Belge Remco Evenepoel a réalisé un numéro en solo dans la montée d'arrivée de la 3e étape du Tour de Burgos, jeudi, au Picon Blanco, premier test en altitude pour la reprise de la saison.

Evenepoel, vainqueur avec une vingtaine de secondes d'avance sur le Néo-Zélandais George Bennett, a pris les commandes de l'épreuve qui se terminera samedi.

Le phénomène belge, aux qualités de rouleur (médaillé d'argent aux Mondiaux-2019), a montré l'étendue de son registre dans l'ultime ascension, limitée à 7,8 kilomètres mais très pentue (9,3 % de moyenne).

Evenepoel, qui est passé à l'attaque à 2 kilomètres du sommet, a creusé des écarts conséquents. L'Espagnol Mikel Landa, troisième de l'étape, a lâché une trentaine de secondes, et l'Equatorien Richard Carapaz une cinquantaine de secondes dans la première des deux arrivées au sommet de l'épreuve, au terme des 150 kilomètres.

Le Belge, vainqueur de la Clasica San Sebastian l'an passé pour sa première saison dans le peloton professionnel, a répondu ainsi magistralement aux interrogations sur son niveau en montagne. Et confirmé ainsi qu'il serait l'un des grands protagonistes du prochain Giro, le premier grand Tour de sa carrière.

Dans cette étape très chaude (près de 40 degrés), plusieurs des prétendants au podium se sont retrouvés piégés, à plus de 50 kilomètres de l'arrivée, dans une bordure organisée par les équipes Bora et Ineos. Si un regroupement s'est opéré ensuite, le vainqueur en titre, le Colombien Ivan Sosa, a payé ses efforts dès le pied de la montée finale.

L'Espagnol Roger Adria, rescapé de l'échappée, a été repris à l'approche des deux derniers kilomètres. Juste avant l'attaque irrésistible d'Evenepoel.

"Les derniers kilomètres étaient très difficiles. Il y avait vent de face mais tout le monde a vent de face. J'étais à la limite mais si on n'essaie pas, on ne gagne pas", a déclaré le jeune Belge de l'équipe Deceuninck, laquelle a placé également le jeune portugais Joao Almeida, 21 ans, à la 5e place de l'étape.

"Ce n'est pas encore dans la poche mais j'ai confiance", a ajouté Evenpoel, qui a gagné cette année ses deux premières courses, le Tour de San Juan (Argentine) en janvier et le Tour d'Algarve (Portugal) en février.

Vendredi, les sprinteurs auront une opportunité dans la 4e et avant-dernière étape longue de 163 kilomètres entre Bodegas Nabal (Gumiel de Izan) et Roa de Duer.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.