Accéder au contenu principal

Alan Parker, le réalisateur britannique de "Midnight Express", est mort à l'âge de 76 ans

Le réalisateur, producteur et écrivain britannique Alan Park lors des Bafta British Academy Film Awards, au Royal Opera House de Londres, le 10 février 2013.
Le réalisateur, producteur et écrivain britannique Alan Park lors des Bafta British Academy Film Awards, au Royal Opera House de Londres, le 10 février 2013. © Carl Court, AFP
3 mn

Le réalisateur britannique Alan Parker est mort à l'âge de 76 ans, a annoncé vendredi sa famille. Il est notamment à l'origine des films "Midnight Express", "Mississippi Burning", "Birdy", ou encore "Fame".

Publicité

Alan Parker, le réalisateur britannique de "Midnight Express", de "Mississippi Burning", de "Birdy", de "Angel Heart", ou encore de "Fame", s'est éteint vendredi 31 juillet à l'âge de 76 ans, a annoncé sa famille.

Né à Londres le 14 février 1944, Alan Parker, a succombé à une "longue maladie", selon une porte-parole mandatée par sa famille.

Dix fois oscarisé

En près de trente ans de carrière, il laisse derrière lui une impressionnante série de succès critiques et/ou populaires, parmi lesquels les comédies musicales "Fame" (en 1980), "The Commitments" (en 1990), ou encore "Evita" (en 1996) avec Madonna.

Venu de la publicité, où il avait fait ses classes dans les années 1960 et 1970, Alan Parker avait signé son premier long métrage en 1975 : "Bugsy Malone", un pastiche musical des films de gangsters entièrement joué par des enfants.

Deux ans et demi plus tard, en 1978, "Midnight Express", plongée cauchemardesque dans le système carcéral turc, lui vaut deux Oscar.

Il avait aussi mis en image le double-album concept "The Wall", du groupe de rock britannique Pink Floyd (en 1982), et "Angel Heart" (1987), film noir teinté de surnaturel et de vaudou avec Mickey Rourke et Robert de Niro.

Avec "Mississippi Burning" (en 1988), il fait le récit, inspiré d'une histoire vraie, d'une enquête menée par le FBI, dans le sud profond des États-Unis des années 1960, dominé par l'idéologie raciste du Ku Klux Klan. Un jeune agent, campé par Willem Dafoe, et un vieux briscard, incarné par Gene Hackman, enquêtent sur la mort de trois hommes, militants des droits civiques, en pleine ascension du mouvement mené, entre autres, par Martin Luther King. 

Au total, les films d'Alan Parker ont été couronnés de dix Oscar. Il a également obtenu 19 Bafta [équivalent britannique des César]. Et, en 1985, "Birdy", avec Nicolas Cage et Matthew Modine, remporte le grand prix spécial du jury au Festival de Cannes.

"Un réalisateur de film doit avoir la sensibilité d'un poète et l'énergie d'un ouvrier du BTP. Le drame, c'est que pour beaucoup d'entre nous, c'est l'inverse", déclarait-il selon le recensement de ses citations sur le site Internet officiel qui lui est dédié.

"Ma vie et celle de beaucoup d'autres personnes […] ne seront plus jamais les mêmes"

L'ancien président du festival de Cannes, Gilles Jacob, a salué un cinéaste "vif, brillant, prolifique" et un "esprit sarcastique".

David Puttman, qui a produit plusieurs des films d'Alan Parker, a rendu hommage à celui qui était son "plus vieil et plus proche ami" et qui l'a "toujours impressionné par son talent". "Ma vie et celle de beaucoup d'autres personnes qui l'ont aimé et respecté ne seront plus jamais les mêmes", a-t-il ajouté.

Alan Parker était marié à Lisa Moran-Parker, avait cinq enfants et sept petits-enfants.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.