Accéder au contenu principal

Coupe de la ligue : un PSG-Lyon aux enjeux multiples pour la dernière finale

Neymar, lors de son penalty, en demi-finale de la Coupe de France face à Lyon le 4 mars 2020.
Neymar, lors de son penalty, en demi-finale de la Coupe de France face à Lyon le 4 mars 2020. © Philippe Desmazes, AFP
5 mn

Avant le retour de la Ligue des champions, les deux derniers représentants français en lice dans la compétition s'affrontent en finale de la dernière Coupe de la Ligue de l'histoire vendredi au Stade de France.

Publicité

Un match des "derniers"… Dernière Coupe de la Ligue de l'histoire, dernier match officiel français de l'étrange saison 2019/20 tronquée par la pandémie de Covid-19, dernière occasion pour l'entraîneur parisien Thomas Tuchel de remporter le seul trophée français manquant à son palmarès et dernières chances de s'offrir un ticket pour l'Europe à Lyon... Les enjeux ne manquent pas pour la 26e et dernière finale de la Coupe de la Ligue qui opposera le PSG à Lyon vendredi 31 juillet au Stade de France.

Tuchel veut faire taire les critiques

À moins de quinze jours de son quart de finale de Ligue des champions, le 12 août contre l'Atalanta Bergame, Paris a l'occasion de clore sa saison domestique par un Grand Chelem. Après le gain du Trophée des champions, du Championnat et de la Coupe de France, il ne manque plus qu'un trophée pour renouer avec son omnipotence nationale.

Le minimum attendu pour boucler la boucle, 25 ans après le gain de la première édition en 1995, et faire oublier une saison 2018/19 décevante, où il avait dû céder les deux coupes nationales. Une contre-performance qui avait valu à Thomas Tuchel des comparaisons peu flatteuses avec son prédécesseur Unai Emery, auteur d'un "quadruplé" dès sa première saison sur le banc parisien.

La finale de la Coupe de la Ligue vendredi contre Lyon "est un grand défi : on joue un match de Ligue des champions", a prévenu l'entraîneur du PSG. "On a déjà fait un match décisif, compliqué (vendredi dernier contre Saint-Etienne en finale de Coupe de France). On l'a gagné (1-0). Cela donne beaucoup de confiance, une bonne atmosphère. Lyon est une équipe de Ligue des champions, c'est nécessaire de bien se préparer."

Lyon veut être européen la saison prochaine

Septième au moment de l'arrêt anticipé de la Ligue 1, le club de Jean-Michel Aulas doit battre le PSG vendredi, ou remporter la C1 en août, afin d'éviter une première saison sans coupe d'Europe depuis 1997. Un cataclysme symbolique et financier que le président Jean-Michel Aulas veut éviter à tout prix !

Une victoire contre le PSG permettrait à l'OL de disputer le deuxième tour de qualifications de la Ligue Europa 2020-2021. A contrario si les Parisiens l'emportent, c'est le Stade de Reims, sixième du Championnat, qui s'assurera du sésame.

Mais en s'emparant de la Coupe, Lyon a également l'occasion de mettre fin à huit années de disette, comme l'a rappelé l'entraineur Rudy Garcia, en conférence de presse :

"C'est une formidable opportunité de remporter un trophée, ça fait trop longtemps que l'OL n'a pas remporté de trophée, c'était en 2012 (en Coupe de France, ndlr). Il faut croquer à pleines dents dans cette opportunité et ramener le trophée à Lyon. Il n'y a que ça qui nous anime. On n'a pas toujours l'occasion de remporter un trophée, c'est magnifique, même si on sait que nous sommes les outsiders face au Paris SG, une équipe supérieure à la nôtre", explique l'entraîneur lyonnais.

Une préparation en vue de la Ligue des Champions

Pour réussir l'exploit, Rudi Garcia pourra compter sur les retours de Memphis Depay et Jeff Reine-Adelaïde... qui n'auraient jamais dû jouer cette finale, initialement programmée le 4 avril. L'interruption provoquée par la pandémie de Covid-19, qui a chamboulé le calendrier de la saison, leur a donné le temps de se rétablir d'une grave blessure au genou survenue en décembre, pour revenir apte dans le "money-time" de la saison et préparer efficacement  le 8e de finale retour de C1 contre la Juventus Turin le 7 août.

À Paris, le retour de la C1, objectif majeur du club, est dans toutes les têtes comme le reconnait le milieu de terrain Marco Verrati :

"Y penser, c'est une chose, le préparer, c'est une autre chose. Bien sûr que (l'Atalanta) est dans la tête de tous, c'est un match très important, on le sait tous. Mais on ne le prépare pas. (..) Nous sommes en finale, on va tout faire pour la remporter. On a quatre finales jusqu'à la Ligue des champions", explique l'Italien évoquant le format spécial en forme de "Finale Four" qui conclura la Ligue des champions 2019/2020.

Paris sera cependant privé de l'une de ses cartes maîtresse, le prodige français Kylian Mbappé, blessé à la cheville en finale de Coupe de France. Sans son homme en forme, à l'origine du but victorieux en Coupe de France vendredi dernier, le tandem huilé avec Neymar et l'association des "Quatre Fantastiques", alignée depuis la reprise, doivent être mis entre parenthèses.

Pour Tuchel, même s'il dispose d'un groupe presque complet, les alternatives ne sont pas nombreuses pour apprendre à gagner sans Mbappé : soit il garde son système à quatre attaquants en remplaçant poste pour poste son champion du monde ; soit il change de schéma, en ajoutant un milieu à la place d'un avant-centre dans un 4-3-3.

Un "plan B" annonciateur de la stratégie à venir en Ligue des champions, alors qu'Angel Di Maria sera suspendu contre l'Atalanta Bergame ?

"Sans Kylian, cela a une influence très grande, c'est clair. On veut trouver la solution. On va la trouver j'espère", a expliqué Thomas Tuchel, en citant les noms de Pablo Sarabia et Eric Maxim Choupo-Moting comme possibles remplaçants dans un système en 4-4-2. "Ce n'est pas possible de préparer l'Atalanta car c'est une équipe qui joue de manière très spéciale. Ce qu'on peut préparer c'est notre esprit, notre mentalité. On veut montrer notre faim de gagner."

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.