Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Black Lives Matter : Ahmaud Arbery "n'aurait jamais imaginé que sa vie serait stoppée net"

Le jeune Afro-Américain Ahmaud Arbery a été abattu le 23 février 2020 à Brunswick en Géorgie (États-Unis) alors qu'il faisait son jogging.
Le jeune Afro-Américain Ahmaud Arbery a été abattu le 23 février 2020 à Brunswick en Géorgie (États-Unis) alors qu'il faisait son jogging. © France 24

Cinq mois après la mort du jeune Afro-Américain Ahmaud Arbery, abattu par deux hommes alors qu'il faisait son jogging, France 24 est allé à la rencontre de sa famille et de ses amis.

Publicité

"Perdre Ahmaud de cette manière m'a dévasté", confie, émue, Wanda Cooper-Jones, la mère d'Ahmaud Arbery.

Le 23 février 2020 à Brunswick (Géorgie), le jeune Afro-Américain ajoutait son nom à la longue liste des victimes du racisme ordinaire présumé aux États-Unis. Depuis, un mouvement de contestation antiraciste, Black Lives Matter (La vie des Noirs compte), s'est invité dans la campagne présidentielle. "Je suis heureuse que cette mobilisation se soit emparée de sa mémoire", explique Wanda Cooper-Jones au micro de France 24.

"Là-haut, il est heureux de participer au mouvement"

Son fils a été abattu alors qu'il faisait son jogging, à quelques kilomètres de la maison où il a grandi. Le visage du jeune homme âgé de seulement 25 ans a alors envahi les écrans et son histoire a alimenté la mobilisation qui s'empare du pays, davantage encore depuis la mort de George Floyd quelques mois plus tard.

"Je pense que mon fils est au ciel et que là-haut, il est heureux de participer au mouvement", ajoute la mère d'Ahmaud Arbery. Son nom, tout comme celui de George Floyd, et bien d'autres avant eux, résonne dans les manifestations.

"Quand on était gamins, on s'entendait tous bien, les Noirs et les Blancs, et il n'y avait jamais de problème", raconte Akeem Becker, son ami d'enfance. "Mais en grandissant, tu prends conscience de certaines choses, et alors une sorte de séparation commence", poursuit-il, alors que dans le Sud américain, le racisme ordinaire a fait partie du décor de leur enfance.

"Ahmaud et moi, nous avons beaucoup évoqué le racisme, mais il n'aurait jamais imaginé que sa vie serait stoppée net comme ça."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.