Accéder au contenu principal

Virus ou pas, un aventurier letton traverse en solitaire le Pacifique à la rame

3 mn
Publicité

Riga (AFP)

Après avoir passé 140 jours à traverser l'océan Pacifique à la rame sans rencontrer un seul être humain, l'aventurier letton Karlis Bardelis ne rêve que de recommencer et a quelques conseils pour les confinés du coronavirus.

Bardelis a commencé son voyage au Pérou en juillet 2018, atteignant la Polynésie française près de cinq mois plus tard et terminant en Malaisie en juin 2020.

En cour de route, il a été percuté par des requins au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, il a dû utiliser une batterie pour remplacer une ancre perdue et a évité de justesse des accidents avec d'autres bateaux.

"Si nous ne pouvons pas changer les circonstances, nous pouvons changer nos attitudes à leur égard", a-t-il déclaré à l'AFP dans sa Lettonie natale, après avoir passé deux semaines en quarantaine obligatoire après son retour de Malaisie.

"Beaucoup de gens m'ont demandé si je ne perdais pas la tête ou si je ne devenais pas fou", a déclaré cet homme de 35 ans, expliquant: "Non, j'aime juste ça, parce que c'est ce que j'ai choisi de faire."

Il a documenté son voyage de 26.000 kilomètres sur sa page Facebook Bored of Borders.

Pour se rendre de l'Amérique du Sud en Asie sans moteur et sans voiles, il ramait jusqu'à 13 heures par jour, sur son bateau en contreplaqué de sept mètres de long.

Atteignant deux mètres à son point le plus large, le bateau dispose uniquement d'une petite cabine pour dormir et stocker des fournitures et du matériel.

Son voyage du Pérou en Malaisie a été documenté sur le site Web oceanrowing.com et serait le premier du genre dans l'histoire.

"Je suis sûr à 200% d'avoir fait le premier voyage en bateau à rames en solitaire d'Amérique du Sud vers l'Asie du Sud-Est", a déclaré Bardelis.

- Autour du monde -

Ressemblant à un Viking moderne, avec des yeux bleus, de longs cheveux blonds et une large barbe, ce diplômé en économie et en sciences de l'environnement a été, selon lui, accueilli partout à bras ouverts.

Bien qu'il ait passé la plupart de son temps seul en mer, le rameur dit ne s'être jamais senti seul.

"L'océan est plein de vie: je n'étais pas seul, mais plutôt avec des oiseaux, des poissons et des baleines", a-t-il déclaré, ajoutant que les podcasts et les livres audio l'ont également aidé.

La traversée du Pacifique n'était pas son premier voyage épique en mer : en 2016, Bardelis a traversé avec un ami l'Atlantique à la rame, en partant de Namibie pour atteindre le Brésil.

Il a ensuite traversé l'Amérique du Sud sur un tandem avec sa petite amie de l'époque, avant de commencer sa traversé en solitaire depuis le Pérou.

Bardelis a déclaré que son objectif ultime était de retourner sur son bateau en Malaisie une fois la saison de la mousson terminée et de recommencer à ramer pour atteindre la Namibie, et ainsi faire le tour du monde à la rame.

"Ce serait facile de monter une voile, mais j'adore ramer, et puis utiliser des voiles me donnerait l'impression de tricher, ne serait-ce qu'avec moi-même", a-t-il déclaré.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.