Tour de l'Ain: pour Egan Bernal, premier test face à l’escadre Jumbo

Bourg-en-Bresse (AFP)

Publicité

Favori à sa propre succession sur le Tour de France, Egan Bernal se mesure pour la première fois à la puissance de feu de l'équipe Jumbo de Primoz Roglic à partir de vendredi sur le Tour de l'Ain, presque trois semaines avant le départ de la Grande Boucle (29 août-20 septembre).

La Route d'Occitanie maîtrisée avec une marge honnête sur son futur rival du Tour, Thibaut Pinot (maintenu à plus de 30 secondes), Egan Bernal remet déjà ça dans l'Ain où la concurrence s'annonce plus dense avec la reprise des leaders de l'équipe Jumbo qui ont conclu le mois de juillet avec un stage de trois semaines à Tignes.

Couronné sur la Vuelta 2019 et N.1 mondial, Primoz Roglic disputera sa course de reprise, lui qui n'a disputé en 2020 que les championnats de Slovénie --résumés à un duel avec le surdoué Tadej Pogacar.

Le Slovène, annoncé comme un des principaux challengers d'Egan Bernal, pourra compter sur la Grande Boucle --et dès le Tour de l'Ain-- sur une équipe capable de rivaliser avec l'armada Ineos (ex-Sky). Une première depuis le début de l'ère Sky en 2012.

En plus du Néerlandais Steven Kruijswijk, sur le podium du Tour 2019, Jumbo compte depuis cette année son compatriote Tom Dumoulin, lauréat du Giro 2017 et 2e de la Grande Boucle en 2018 mais resté plus de 400 jours sans courir, la faute à une blessure au genou gauche.

"Si on a un résultat sur le Tour de l'Ain, tant mieux. Mais l'objectif n'est pas d'être à 100% ici et 95% sur le Tour de France, a prévenu le directeur sportif Grischa Niermann, interrogé par l'AFP. Le but n'est pas de battre Ineos sur le Tour de l'Ain."

- Attention à Quintana -

Dans son match annoncé face à Jumbo ce week-end, l'équipe britannique enregistre elle le retour de Geraint Thomas. Le Gallois, qui rêve toujours d'un deuxième maillot jaune à Paris après 2018, n'est pas décidé à s'effacer sans lutter face au prodige colombien. Il s'est dit persuadé dans un documentaire que la BBC lui avait consacré et intitulé "La Route décidera" qu'il aurait remporté le Tour 2019 sans l'interruption de la 19e étape.

Mais outre son coéquipier, Bernal devra aussi garder un œil sur son compatriote Nairo Quintana, classé 8e du Mont Ventoux dénivelé Challenge pour sa reprise jeudi avant d'enchaîner sur le Tour de l'Ain.

Transfiguré depuis qu'il a quitté Movistar pour l'équipe française Arkéa-Samsic --pourtant de 2e échelon mondial--, le premier Sud-Américain victorieux du Giro (en 2014) a été l'homme de l'hiver en collectionnant les succès: Tour de la Provence, Tour des Alpes-Maritimes et du Var puis l'étape reine de Paris-Nice.

La coupure, due à la crise sanitaire, puis son accident à l'entraînement tout début juillet en Colombie, où il a été renversé par une voiture, auront-ils coupé son élan ? Réponse dimanche pour lui, comme pour Bernal à la fin de l'étape décisive avec son triptyque montée de la Selle de Fromentel, col de la Biche et Grand Colombier, identique à la 15 étape du Tour de France dans un peu plus d'un mois.

Les étapes:

Vendredi: 1re étape Montréal-La-Cluse - Ceyzériat, 140 km

Samedi: 2e étape Lagnieu - Lélex Monts-Jura, 141 km

Dimanche: 3e étape Saint-Vulbas - Grand Colombier, 145 km