Accéder au contenu principal

À Hong Kong, le magnat prodémocratie Jimmy Lai a été libéré sous caution

Le magnat de la presse, Jimmy Lai, est ressorti d'un commissariat de police à Hong Kong, dans la nuit de mardi 11 août à mercredi 12 août, vers minuit au milieu d'une foule de partisans.
Le magnat de la presse, Jimmy Lai, est ressorti d'un commissariat de police à Hong Kong, dans la nuit de mardi 11 août à mercredi 12 août, vers minuit au milieu d'une foule de partisans. © Isaac Lawrence, AFP
5 mn

Le patron de presse hongkongais et figure du mouvement prodémocratie a été remis en liberté sous caution, dans la nuit de mardi à mercredi. De retour dans les bureaux de son quotidien, il a appelé les journalistes à "se battre".

Publicité

Le magnat des médias hongkongais Jimmy Lai, arrêté lundi 10 août lors d'une opération de police au nom d'une loi sécuritaire imposée par la Chine, a été libéré mardi soir, d'un commissariat de police de Hong Kong.

Chaleureusement accueilli dans les bureaux de son quotidien mercredi, Jimmy Lai a appelé ses journalistes à continuer le combat.

"Battons-nous, battons-nous", a-t-il lancé aux journalistes de l'Apple Daily, selon une vidéo diffusée en direct sur Facebook, avant d'ajouter : "Nous avons le soutien des habitants de Hong Kong, nous ne pouvons pas les laisser tomber."

【蘋果fb live】黎智英返《蘋果》:一切繼續,蘋果一定撐落去!

【蘋果fb live】黎智英返《蘋果》:一切繼續,蘋果一定撐落去! 壹傳媒創辦人黎智英等共10人,前日遭警方高調無理拘捕,扣查逾36小時後分別獲准保釋。黎智英休息一夜,今日中午12時出動,返回蘋果大樓再作戰。折騰兩天風采依然,黎智英豪氣不減,矢言「蘋果一定撐落去」。 黎智英的座駕於12時32分抵達蘋果大樓,他穿著黃色恤衫、藍色西裝外套,精神煥發。他向員工派定心丸說:「放心啦!返返嚟!Thank You,多謝!」並揚言不畏惡勢力:「一切繼續,蘋果一定撐落去。」 他坦言擔心其他傳媒也會被打壓,不過「每一個遇到都要撐落去,係好難做。各自爬山,繼續做,唔好諗咁多。」至於個人安危,他不屑一顧「唔會擔心」。 蘋果大樓內的員工都非常振奮,拍手歡呼並送上鮮花,壹傳媒行政總裁張劍虹更與黎智英熱情擁抱。黎智英笑言「好彩冇俾佢整到上大陸...撐落去,大家撐落去,我哋有香港市民咁支持,唔能夠使佢哋失望」。 【感激市民同事支持 黎智英笑言:好彩冇俾佢整到上大陸】 https://bit.ly/3iuJeFS 【沙膽虹返《蘋果》:辛苦晒大家】 https://bit.ly/3kxJR3v 同步直播: 🔥果燃台 bit.ly/34vE4mT 📺蘋果動YouTube bit.ly/34wbgLa ============= 💪🏼 VIP撐《蘋果》計劃 每月$300起 https://bit.ly/30DSNv1 ============= 🍎 黎智英:經營非常困難 請支持訂閱 https://bit.ly/2VLuV6g ============= 🌎《蘋果》英文版現已上架 https://bit.ly/2XLjbRZ

Publiée par 香港蘋果日報 sur Mardi 11 août 2020

Jimmy Lai, richissime magnat de la presse, faisait partie des 10 personnes interpellées lundi dans un vaste coup de filet contre la mouvance prodémocratie, avant qu'environ 200 policiers ne perquisitionnent la salle de rédaction de son journal, très critique envers Pékin.

Les Hongkongais se sont précipités, mardi, dans les kiosques pour se procurer l'Apple Daily, qui avait anticipé cette demande en tirant exceptionnellement à 550 000 exemplaires, contre 70 000 en temps normal. Un restaurateur du quartier populaire de Mongkok en a acheté une cinquantaine de copies, expliquant qu'il comptait les distribuer gratuitement à ses clients. "Comme le gouvernement ne veut pas que l'Apple Daily survive, nous autres Hongkongais devons le sauver nous-mêmes", a expliqué l'homme disant s'appeler Ng. 

Atteinte sans précédent à la liberté de la presse

"Nous nous battrons", proclame en une l'Apple Daily, mardi, une promesse écrite en rouge vif sur une photo pleine page de Jimmy Lai encadré par des policiers.

Son arrestation a provoqué une vague d'achat d'actions de son groupe de presse Next Digital. Entre lundi matin et la clôture de la Bourse mardi soir, le titre a pris plus de 1 100%. Les arrestations et la perquisition ont été condamnées comme des atteintes "sans précédent" à la liberté de la presse, dont Hong Kong était naguère une place forte.

Considérée comme une réponse de Pékin aux mois de manifestations en faveur de la démocratie à Hong Kong en 2019, la loi sur la sécurité nationale imposée le 30 juin donne aux autorités locales de nouveaux pouvoirs pour réprimer quatre types de crimes contre la sécurité de l'État : la subversion, le séparatisme, le terrorisme et la collusion avec des puissances étrangères.

À lire aussi >> À Hong Kong, le gouvernement promet d'appliquer "vigoureusement" la loi sur la sécurité nationale

Nombre de militants pour la démocratie dénoncent un texte liberticide qui vient en finir selon eux avec le principe "Un pays, deux systèmes", qui garantissait jusqu'en 2047 aux Hongkongais des libertés inconnues dans le reste de la Chine.

Inquiétude des États-Unis

Plusieurs dirigeants étrangers ont fait part de leur préoccupation quant à ce nouveau coup de filet, parmi lesquels le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, que Jimmy Lai avait rencontré l'année dernière. Le secrétaire d'État a affirmé voir dans son arrestation une "preuve supplémentaire que le Parti communiste chinois a éviscéré les libertés de Hong Kong et les droits de son peuple".

Pour rappel, Jimmy Lai a été arrêté pour collusion avec des forces étrangères et fraude. Une initiative saluée par Pékin, qui l'a présenté comme "un fauteur de troubles antichinois" ayant conspiré avec des étrangers pour "provoquer le chaos".

Deux de ses fils ont aussi été interpellés, de même que la jeune militante prodémocratie Agnes Chow et Wilson Li, un ancien activiste se présentant comme un journaliste indépendant, travaillant pour la chaîne britannique ITV News.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.