Accéder au contenu principal

L'opposante Svetlana Tikhanovskaïa a quitté la Biélorussie pour la Lituanie

La candidate Svetlana Tikhanovskaïa dans un bureau de vote lors de l'élection présidentielle, à Minsk, en Biélorussie, le 9 août 2020.
La candidate Svetlana Tikhanovskaïa dans un bureau de vote lors de l'élection présidentielle, à Minsk, en Biélorussie, le 9 août 2020. © Serguei Gapon, AFP

Svetlana Tikhanovskaïa, candidate de l'opposition contestant les résultats de la présidentielle biélorusse, s'est réfugiée mardi en Lituanie. Cette novice en politique, principale rivale du président sortant Alexandre Loukachenko, estime avoir remporté le scrutin de dimanche.

Publicité

L'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa a rejoint ses enfants en Lituanie, où elle est en sûreté, a annoncé mardi 11 août le gouvernement de Vilnius, après deux nuits de heurts à Minsk consécutifs à la réélection contestée d'Alexandre Loukachenko à la tête de l'ancienne république soviétique.

"Svetlana Tikhanovskaïa est en sûreté. Elle est en Lituanie", a écrit sur Twitter le chef de la diplomatie lituanienne, Linas Linkevicius.

"Elle se repose avec ses enfants", a précisé à Reuters une porte-parole de son ministère.

"Une décision très difficile"

L'entourage de Svetlana Tikhanovskaïa s'était inquiété lundi soir de ne pas réussir à la joindre au téléphone après une réunion avec des responsables de la commission électorale à Minsk.

"J'ai pris cette décision très difficile. C'est une décision que j'ai prise de manière absolument indépendante", a déclaré Svetlana Tikhanovskaïa dans une vidéo postée sur YouTube.

Selon son équipe de campagne, Svetlana Tikhanovskaïa, qui est âgée de 37 ans, a été contrainte de quitter la Biélorussie.

Biélorussie : l'opposante Svetlana Tikhanovskaïa est en Lituanie
03:29

"Elle a été expulsée du pays par les autorités. Svetlana n'avait pas le choix. Cinq minutes avant la visite, nous avons parlé de nos futurs projets et elle n'avait certainement pas l'intention de quitter le pays", a déclaré à Reuters Olga Kovalkova, membre de son équipe.

La Lituanie, membre de l'Union européenne et de l'Otan, a appartenu à l'Union soviétique. Elle a fréquemment donné refuge à des figures des oppositions russe et biélorusse.

>> À lire aussi : "S'il y a du changement en Biélorussie, c’est que le Kremlin aura débranché Loukachenko"

Des accusations de fraude électorale

La Commission électorale centrale a annoncé lundi que, selon des résultats préliminaires, Alexandre Loukachenko avait recueilli 80 % des suffrages lors de la présidentielle de dimanche, contre 9,9 % des voix pour sa principale opposante.

Svetlana Tikhanovskaïa, une ex-professeure d'anglais sortie de l'ombre après l'arrestation au mois de mai de son mari, le blogueur Sergueï Tikhanovski, qui briguait la présidence, a refusé de reconnaître ce résultat.

L'opposante a déclaré à la presse à Minsk qu'elle considérait avoir remporté le scrutin, à ses yeux entaché de fraudes massives, et son équipe a demandé un nouveau décompte des bulletins dans les bureaux de vote où des problèmes ont été identifiés.

Des heurts ont opposé dimanche et lundi soir les forces de l'ordre à des manifestants protestant contre la réélection du président sortant.

Au moins une personne est morte lundi à Minsk dans des affrontements avec la police. Des manifestants ont dressé des barricades dans plusieurs quartiers de la capitale biélorusse et jeté des cocktails incendiaires sur les forces de l'ordre. Les médias locaux ont signalé des incidents dans d'autres villes.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.