Accéder au contenu principal

L1: Monaco avec Kovac, encore tout changer pour retrouver la stabilité ?

4 mn
Publicité

Monaco (AFP)

Niko Kovac "souhaite renvoyer l'ascenseur" par les résultats: limogé du Bayern Munich en novembre et nommé, cet été, entraîneur de Monaco pour trois saisons en remplacement de l'éphémère Robert Moreno, le Croate veut stopper l'instabilité chronique du club de la Principauté.

L'ancien sélectionneur de la Croatie, 48 ans, n'a pas été long à convaincre. A partir du moment où, dès sa nomination en juin, le nouveau directeur sportif Paul Mitchell avait identifié l'entraîneur croate comme personne idoine pour permettre à Monaco de revenir sur le devant de la scène, la direction du club a mis le paquet: un salaire très confortable, un contrat de trois saisons plus une année en option, la liberté de choisir son staff technique et la certitude d'avoir un bel effectif, malgré des finances qui commencent à flirter avec le rouge.

Car Monaco n'est plus européen depuis deux saisons et Monaco ne sait plus vendre. Pire, en additionnant les deux derniers mercato, la balance des transferts est déficitaire de près de 100 millions d'euros. Soit environ 45 millions lors de l'été dernier, avec Leonardo Jardim comme entraîneur. Et 55 autres millions d'euros lors de l'hiver dernier, avec Robert Moreno comme entraîneur...

- Casser la dynamique négative -

Autant dire qu'au terme d'une saison 2019-2020 tronquée par la crise sanitaire, où Monaco a été virtuellement qualifié en Ligue Europa jusqu'à la dernière seconde du dernier match (et le but du 2-1 de Dolberg à la 90e+3 dans le derby de la 28e journée), où le club comptait plus de 70 joueurs sous contrat sans direction sportive claire, la situation était critique.

Mais l'AS Monaco appartient à un milliardaire. Même si ce dernier, le Russe Dmitri Rybolovlev, est toujours embarrassé par des affaires judiciaires en Principauté et que ses relations avec le Palais Princier sont devenues très fraîches, la caution de sa fortune permet de reconstruire à partir d'une page presque blanche. Un luxe...

Les arrivées de Paul Michell et de Niko Kovac "ouvrent un nouveau chapitre", selon Oleg Petrov, le vice-président du club. Avec ce "changement important, assumé, aligné sur la stratégie du groupe", Petrov entend "renforcer les capacités du club, construire durablement et atteindre nos objectifs à long terme".

Dans un premier temps, Kovac doit casser la dynamique négative qui existe depuis deux ans. Il doit aussi très vite stabiliser un bateau qui a beaucoup tangué, et indiquer un cap précis. Pour cela, il sait qu'il doit impérativement qualifier son équipe pour l'Europe la saison prochaine, et, de préférence, en Ligue des champions.

- Sueur et dégraissage -

"Paul (Mitchell) et Oleg (Petrov) m'ont dit qu'ils feraient le nécessaire pour avoir une équipe forte, déclarait-il à son arrivée. Je les crois. C'est la raison pour laquelle j'ai signé. J'ai confiance en eux et crois en ce club. (...) Je souhaite renvoyer l'ascenseur. Je vais travailler d'arrache-pied pour faire le maximum et remplir les objectifs."

Au moment d'entamer la première véritable saison de l'ère post Vasyliev-Jardim, l'ASM demeure cependant dans l'incertitude. Si en défense, Disasi a pris la place du vieillissant capitaine Glik, au milieu, Bakayoko et Silva n'ont pas été remplacés. Quant à l'efficace duo offensif Slimani-Ben Yedder, ce n'est plus qu'un souvenir. Ben Yedder devrait désormais évoluer avec Gelson Martins et Onyekuru sur les côtés. Ce qui n'enchante pas forcément l'international français, plus adepte des combinaisons dans des espaces réduits.

Mais avant de recruter à nouveau, Monaco entend encore dégraisser. Si le nombre de joueurs sous contrat est passé sous la barre des 60, Petrov souhaite encore se séparer de plus d'une douzaine d'individus, dont Baldé, Jemerson, Jorge, Bennasser, Traoré, Grandsir, Barreca, et le champion du monde Sidibé. Jusqu'à octobre, et la fin de la période officielle des transferts, la situation restera donc fragile.

Cela ne fait pourtant pas dévier Kovac de ses objectifs. Il a promis beaucoup de sueur à ses joueurs. "La force et l'intensité doivent être élevées. Il faut une forme physique maximale", leur a-t-il annoncé, en joignant les actes à la parole. Cela suffira-t-il pour refaire de Monaco un grand de la Ligue 1 ?

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.