Accéder au contenu principal

Présidentielle aux États-Unis : le vote par correspondance pourrait saturer le service postal

Une agence de l'USPS à Philadelphie, Pennsylvanie, le 14 août 2020.
Une agence de l'USPS à Philadelphie, Pennsylvanie, le 14 août 2020. © Rachel Wisniewski, Reuters
5 mn

Faute de moyens, le service postal américain a averti les différents États, samedi, qu'il ne pourrait garantir que tous les bulletins de vote envoyés par courrier pour l'élection présidentielle de novembre arriveront à temps pour être comptés. Une situation que dénoncent démocrates et républicains.

Publicité

L’État du New Jersey, dans l'est des États-Unis, se prépare, samedi 15 août, à envoyer des millions de bulletins à ses électeurs, l’élection du 3 novembre prochain se faisant très largement grâce au vote par correspondance. Selon un sondage du New York Times, 76 % des Américains en mesure de voter disent vouloir le faire par correspondance, en raison de la pandémie de coronavirus.

Toutefois, le flux de courrier pourrait saturer la poste américaine qui met en garde : elle ne pourra pas garantir l’arrivée de tous les bulletins de vote en temps et en heure. La poste américaine se trouve en effet dans une situation financière difficile, et Donald Trump refuse de débloquer une aide de 25 milliards de dollars négociée au Congrès.

"Tentative de suppression des électeurs par l'administration Trump"

Bien que DonaldnTrump dépose ses propres bulletins de vote par courrier, il a critiqué à plusieurs reprises les efforts visant à permettre à plus de gens de le faire. Selon le président américain, cela entraînera une augmentation de la fraude électorale qui pourrait lui coûter l'élection.

Son adversaire démocrate, Joe Biden, l’accuse de vouloir saboter une élection qu’il sait perdue d’avance. De nombreux responsables politiques, qu'ils soient démocrates ou républicains, appellent le président à changer d’avis.

"C'est une évolution profondément troublante dans ce qui devient un schéma clair de tentative de suppression des électeurs par l'administration Trump", a déclaré le gouverneur démocrate de Virginie, Ralph Northam, dans un communiqué. "Je m'engage à faire en sorte que tous les Virginiens aient accès aux urnes et je continuerai de travailler avec les législateurs des États et fédéraux pour garantir des élections sûres, sécurisées et accessibles cet automne."

Le directeur de l'USPS aurait demandé des réductions de coûts

Kim Wyman, la secrétaire d'État républicaine de l'État de Washington, où tous les votes se font par courrier, a quant à elle déclaré qu'en envoyant du matériel de vote à des millions d'électeurs, il y a une "opération de routine du service postal américain". En effet, "politiser ces processus administratifs est dangereux et sape la confiance du public dans nos élections", a-t-elle déclaré dans un communiqué. "Ce volume de travail n'est en aucun cas inhabituel et c'est une opération que je suis convaincu que le service postal américain est suffisamment préparé à accomplir."

Les démocrates critiquent également le directeur de l’USPS (United States Postal Service), un homme d’affaires proche de Donald Trump. Selon eux, Louis DeJoy aurait demandé des réductions de coûts, afin de ralentir la distribution du courrier, alors que de nombreuses boîtes aux lettres en bordure de rue ont été brusquement supprimées dans certains États comme l'Oregon, le Montana, ou encore l'Indiana.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.