Cyclisme: Martinez renverse Pinot et gagne le Dauphiné

Publicité

Megève (France) (AFP)

Surprise colombienne au Critérium du Dauphiné: Dani Martinez, 24 ans, a battu le Français Thibaut Pinot pour s'adjuger dimanche à Megève l'épreuve alpestre marquée par une hécatombe des favoris.

Pointé à 12 secondes de Pinot au départ de la 5e étape, Martinez a pris le dessus dans les 25 derniers kilomètres de l'ultime étape gagnée par l'Américain Sepp Kuss (Jumbo). Au classement final, le coureur de l'équipe américaine Education First a repoussé le Français à 29 secondes et a succédé au palmarès au Danois Jakob Fuglsang, absent cette année.

Pinot, leader de substitution après l'abandon du Slovène Primoz Roglic dimanche matin à la suite de sa chute lors de l'étape précédente, a été débordé sur les attaques de plusieurs adversaires directs (Pogacar, Lopez, Martinez). Faute de trouver des relais, il est apparu fatigué, déconcentré au point d'en jeter son bidon.

Dans un second temps, le Français s'est reconcentré pour entamer une longue course-poursuite. Il a trouvé de l'aide auprès de plusieurs de ses compatriotes, notamment Julian Alaphilippe et Warren Barguil. Mais, sans pouvoir combler l'écart sur Martinez dans l'ultime montée vers l'altiport de Megève (9 km à 4,6 %).

Martinez, qui a succédé au palmarès au Danois Jakob Fuglsang, absent cette année, est le troisième Colombien à gagner le Dauphiné. Vingt-neuf ans après le second succès de la légende Lucho Herrera. Il a imité l'Américain Andrew Talansky, qui courait dans l'équipe Garmin (devenue Education First), auteur en 2014 d'un renversement de situation du même ordre le dernier jour du Dauphiné.

- Ineos en panne -

"Un Colombien peut en cacher un autre", a souri le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme. "On attendait Egan Bernal (abandon samedi matin) ou Nairo Quintana, voilà Daniel Martinez", double champion de Colombie du contre-la-montre mais aussi vainqueur l'an passé de l'étape de Paris-Nice jugée au col du Turini et en février dernier d'une étape montagneuse du Tour de Colombie.

"On ne sait vraiment pas à quoi s'attendre pour le Tour", a relevé Christian Prudhomme qui a le paradoxe du final de l'épreuve: "Qui aurait dit voici deux jours que la victoire échapperait aux deux armadas que sont Jumbo et Ineos ou à Thibaut Pinot ?"

Si Jumbo a justifié sa position (trois étapes sur cinq avec Van Aert, Roglic, Kuss), Ineos est apparu en difficulté, au-delà du retrait de Bernal, le vainqueur du Tour 2019, par mesure de prudence. Ses deux autres têtes d'affiche, le Gallois Geraint Thomas et surtout le Britannique Chris Froome, ont terminé très loin des premiers, à plus d'une demi-heure, et le puissant groupe britannique a surtout valu par le jeune russe Pavel Sivakov, 23 ans et 4e de l'étape malgré une chute dans une descente.

Pour plusieurs des prétendants au podium du Tour, l'heure est décidément aux interrogations. A l'image du Néerlandais Steven Kruijswijk et de l'Allemand Emanuel Buchmann, respectivement troisième et quatrième l'an passé mais blessés samedi et incertains pour le 29 août au rendez-vous du départ de Nice. Et aussi de Quintana qui a abandonné en raison d'"une forte douleur" à son genou blessé le mois dernier en Colombie.