Hécatombe des favoris au Dauphiné: au tour de Roglic

Publicité

Megève (France) (AFP)

Hécatombe des favoris au Dauphiné: le Slovène Primoz Roglic, qui portait le maillot jaune, a jeté l'éponge avant le départ de la dernière étape, dimanche à Megève, au lendemain de l'abandon d'Egan Bernal.

En 24 heures, la course de préparation au Tour, un hors d'oeuvre ultra-montagneux dans les Alpes, a perdu les deux principaux favoris du Tour de France qui s'élancera le 29 août de Nice. Et rabattu les cartes d'une saison complètement folle.

Le forfait de Roglic est-il une simple mesure de prudence comme celui de Bernal, pour lequel l'équipe Ineos a évoqué une vague douleur dorsale ? L'équipe Jumbo du Slovène n'a pas précisé la nature de ses blessures, dans l'annonce de l'abandon.

Impérial jusqu'à présent tant au récent Tour de l'Ain qu'au Dauphiné, Roglic a été blessé samedi dans une chute survenue près d'Ugine (Savoie) lors de la 4e étape qu'il a pu terminer sans perdre de temps sur ses adversaires directs. Mais il a été touché à plusieurs endroits du corps et a été vu boitant pour monter sur le podium.

"L'évolution de ses blessures déterminera les plans pour les courses à venir", a seulement commenté son équipe Jumbo, qui était en position de force dans la perspective du Tour jusqu'à samedi matin. Et la chute d'une autre de ses têtes d'affiche, le Néerlandais Steven Kruijswijk.

- Kruijswijk incertain pour le Tour -

La formation néerlandaise a évoqué une dislocation à une épaule pour Kruijswijk qui s'est exprimé dimanche. "Il faut attendre et voir ce que les spécialistes vont dire et comment seront mes sensations sur le vélo", a déclaré le troisième du Tour 2019. "Nous déciderons la semaine prochaine si je peux courir le Tour".

Au contraire de Roglic, qui est tombé seul sur le plat sans qu'il y ait eu de danger particulier sur la chaussée selon plusieurs témoignages recueillis par l'AFP, Kruijswijk a chuté en même temps que d'autres coureurs, notamment l'Allemand Emanuel Buchmann, quatrième du Tour 2019, et le Français Thibaut Pinot, autre acteur attendu du prochain Tour.

Après la course, Pinot a mis en cause l'état de la chaussée, très dégradé, dans la descente du col inédit de Plan Bois: "On avait reconnu cette route à l’entraînement au mois de juillet. On pensait vraiment qu’ils allaient la refaire, qu’il était impossible qu’une course de vélo y passe. C’est limite praticable en VTT, alors en vélo de route..."

Dimanche matin, le directeur de course Gilles Maignan a reconnu que le revêtement de cette route communale n'était pas bon. "Dans le col de Plan-Bois, on a mis les drapeaux jaunes pour alerter les coureurs et on a fait des annonces sur Radio-Tour", a-t-il précisé à l'AFP en ajoutant que les organisateurs avaient déjà modifié le parcours du début de l'étape afin "d'éviter le col de l'Epine parce que c'était limite".

Pareil problème ne peut se produire sur le Tour de France, sauf circonstance exceptionnelle. Le Tour, qui est organisé par la même société (ASO), est la seule grande épreuve pour laquelle la route est nettoyée systématiquement jusqu'avant le passage de la course.