Tour de France: ciel bleu pour Pinot

Publicité

Megève (France) (AFP)

Quatre dans les neuf premiers du Dauphiné: le Tour de France se présente bien pour les Français à moins de deux semaines du départ, le 29 août à Nice, avec Thibaut Pinot pour tête d'affiche.

Thibaut Pinot: dans les temps

Le Franc-Comtois de l'équipe Groupama-FDJ a terminé le Dauphiné fatigué, frustré et légitimement déçu par sa deuxième place derrière l'inattendu colombien Dani Martinez. A 30 ans, il est passé de nouveau à côté d'une première grande victoire dans une course par étapes majeure du calendrier WorldTour. Pour le reste, tout va bien... hormis l'absence de son lieutenant en montagne, David Gaudu, à la préparation contrariée.

"On n'avait pas fixé de résultat au Dauphiné", souligne son directeur sportif Philippe Mauduit qui rappelle l'essentiel: "Il est dans les temps de passage."

Il faut maintenant négocier sans erreur la transition jusqu'au Tour, c'est à dire récupérer et passer sans encombre le championnat de France dimanche prochain en Bretagne sur lequel Pinot aurait volontiers fait l'impasse au vu de la nature du parcours. Son équipe a prévu un retour par avion privé dès dimanche soir afin de limiter la fatigue.

Julian Alaphilippe: satisfait

"Je ne joue pas le général, je suis ici pour gagner une étape", avait-il annoncé avant le Dauphiné. S'il a raté le coche dans les deux dernières étapes de montagne, il a rassuré son monde pour ses premiers grands cols en compétition depuis la reprise.

"Je ne suis pas à 100 % mais si je récupère bien de cette semaine, ça va aller de mieux en mieux", s'est satisfait le puncheur de l'équipe Deceuninck. Omniprésent à l'avant de la course, il a surtout consenti des efforts qui devraient être payants dans le Tour de France. Le battant de juillet 2019 a tout pour repartir sur les mêmes bases.

Romain Bardet: rassuré

L'Auvergnat, sixième du classement final, est monté en puissance au fil des jours comme il l'espérait. Il a surtout levé les doutes qu'il nourrissait après sa chute du début du mois: "Mes entrainements étaient en demi-teinte, donc c'est un très bon point de passage pour la suite".

"C'est une bonne semaine", a-t-il résumé. A la grosse réserve que son équipe AG2R La Mondiale, transparente dans sa course de coeur, n'a valu que par lui dans ce Dauphiné. "Le bilan individuel est très satisfaisant pour Romain. Mais on aura besoin d'un fort collectif pour l'entourer sur les routes du Tour", a convenu son directeur sportif Julien Jurdie, perplexe devant la transparence de ses hommes.

Guillaume Martin: encouragé

Objectif dépassé pour le Normand qui a signé la plus belle performance de sa carrière en montant sur le podium du Dauphiné (3e). A 27 ans, il est en passe de se faire une place parmi les meilleurs grimpeurs mondiaux au fil d'une progression régulière et rationnelle.

"Il est loin d'avoir atteint son maximum", se félicite le manager général de l'équipe Cofidis, Cédric Vasseur, qui fixe le but recherché dans le Tour. "On l'a recruté pour le classement général, à terme un top 5. Mais, cette année, il se concentrera sur une victoire d'étape."

Warren Barguil: content

"Je suis content de finir ce Dauphiné sur une note positive", a commenté le champion de France, neuvième au classement final après une dernière étape qui l'a vu en net regain. Sur l'ensemble, il n'a pu jouer jusqu'au bout avec les meilleurs mais les signes d'une montée en puissance sont indéniables.

Quel rôle jouera-t-il sur le Tour ? La réponse dépend en partie du leader de son équipe Arkea-Samsic, le Colombien Nairo Quintana, qui a choisi d'abandonner le dernier jour à cause, de son propre aveu, d'une "forte douleur" à un genou. Or, le rendez-vous de Nice est proche.