Présidentielle américaine : le patron de la poste suspend ses réformes controversées

Manifestation contre les réformes de la poste américaine, le 15 août 2020, à Washington.
Manifestation contre les réformes de la poste américaine, le 15 août 2020, à Washington. © Cheriss May, Reuters

Le patron des services postaux américains a annoncé, mardi, la suspension des mesures d'économies qu'il avait engagées, et ce jusqu'à la présidentielle. Les démocrates l'accusent d'avoir cherché à ralentir la distribution et la collecte du courrier et ainsi d'entraver le vote par correspondance.

Publicité

Louis DeJoy fait marche arrière. Le directeur des services postaux américains, proche de Donald Trump, a annoncé, mardi 18 août, la suspension de toute modification du niveau de services du courrier jusqu'à l'élection présidentielle de novembre. Il cède ainsi aux critiques des démocrates qui craignaient que le vote par correspondance soit perturbé au profit du président républicain.

"Je suspends ces initiatives jusqu'à la fin des élections", a annoncé dans un communiqué Louis DeJoy, qui dirige depuis le printemps l'United States Postal Service (USPS). Il a expliqué que des changements "antérieurs à (son) arrivée" avaient "soulevé des inquiétudes alors que le pays se prépare à organiser des élections au milieu d'une pandémie dévastatrice".

Plusieurs voix se sont élevées ces derniers jours contre Donald Trump, accusé d'essayer de ralentir le vote par correspondance qu'il pense favorable à son rival démocrate, Joe Biden. Le locataire de la Maison Blanche a affirmé à plusieurs reprises qu'une augmentation du nombre de bulletins de vote transmis par correspondance entraînerait davantage de fraudes.

Abstention

Ses opposants pensent que le président est surtout convaincu que le vote par courrier pourrait être favorable à son adversaire, en réduisant le taux d'abstention traditionnellement observé chez des votants issus des minorités et des classes populaires, censés pencher du côté démocrate.

Les réformes prévues du service de courrier, destinées à faire des économies mais qui menaçaient de ralentir les livraisons, incluaient une diminution des heures supplémentaires ainsi que de nouvelles politiques de tri et de livraison.

"La poste est prête aujourd'hui à gérer le courrier électoral qu'elle recevra cet automne, peu importe son volume", a assuré Louis DeJoy mardi. "Nous acheminerons le courrier électoral dans les délais impartis (...). Les Américains doivent savoir que c'est notre priorité jusqu'au jour de l'élection", a-t-il promis.

Vote à la Chambre

Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, a déclaré que les annonces de Louis DeJoy, un important donateur du Parti républicain, étaient insuffisantes et que la Chambre prévoyait toujours de voter samedi un projet de loi sur le service postal.

"Cette pause ne fait qu'arrêter un nombre limité de mesures du 'Postmaster', n'efface pas les dommages déjà causés et ne suffit pas à elle seule à garantir que les électeurs ne seront pas privés de leurs droits par le président cet automne", a déclaré Nancy Pelosi dans un communiqué. "La Chambre ira de l'avant avec notre vote ce samedi", a-t-elle ajouté.

Louis DeJoy doit par ailleurs être auditionné vendredi par une commission du Sénat et lundi à la Chambre.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine