Accéder au contenu principal

Convention démocrate, jour 2 : Joe Biden officiellement investi par écrans interposés

Depuis son domicile du Delaware, Joe Biden remercie les démocrates de l'avoir désigné candidat, mardi 18 août, à la présidentielle.
Depuis son domicile du Delaware, Joe Biden remercie les démocrates de l'avoir désigné candidat, mardi 18 août, à la présidentielle. © Brian Snyder, Reuters
7 mn

Mardi, au cours d'une deuxième soirée de convention virtuelle, les démocrates ont officiellement désigné Joe Biden pour être leur candidat à la présidentielle de novembre face à Donald Trump.

Publicité

C'est officiel : Joe Biden est le candidat des démocrates pour la présidentielle américaine 2020. Sa désignation a été confirmée, mardi 18 août, par le vote des délégués du parti au cours de la deuxième soirée de convention virtuelle, pandémie oblige.

Si l'issue du vote n'est pas une surprise, le format, lui, est nouveau. Au lieu de se succéder au micro dans une salle bondée de spectateurs et de hurler le nom de leur candidat, les représentants de chaque État et territoire américain se sont exprimés tour à tour dans de courtes vidéos plus ou moins artisanales.

Une invitation au voyage pour les téléspectateurs et les internautes qui ont pu admirer les champs de l'Iowa, les eaux bleues de Hawaï ou encore les plages de Californie. Cette succession de mini-clips a parfois viré au bêtisier, avec le bruit du vent dans les micros, des intervenants ne trouvant pas la caméra ou des petits cris d'enthousiasme trop forcés. Mention spéciale pour le Rhode Island, État côtier où un chef a fièrement présenté, statique, un plat de calamars frits à l'écran.

Le traditionnel lâcher de ballons n'a pas été oublié. À l'issue du vote, Joe Biden, entouré de son épouse et de leurs proches dans la bibliothèque d'un lycée du Delaware, a pu exprimer sa gratitude : "Merci beaucoup, du fond du cœur", a-t-il lancé avant de remettre son masque bien en place.

Bill Clinton, invité phare

Le reste de la soirée, souvent monotone, a été relevé par l'intervention de quelques personnalités phares. L'ex-président Bill Clinton, 73 ans, a ainsi dénoncé le manque de leadership - c'était le thème du jour - de Donald Trump : "En une période comme celle-ci, le Bureau ovale doit être un centre de commandement. Au lieu de cela, c'est un centre de tempête. Il y a seulement du chaos", a-t-il déclaré dans une vidéo pré-enregistrée. "Une seule chose ne change jamais : la détermination (de Trump) à nier toute responsabilité et détourner la faute", a-t-il ajouté.

FR NW SOT CLINTON AT DNC 05H
00:25

Un autre ex-président resté très populaire, Jimmy Carter, 95 ans, a salué "l'expérience, la personnalité et la décence" de Joe Biden "pour nous rassembler et restaurer la grandeur de l'Amérique".

Alexandria Ocasio-Cortez, la jeune représentante star de la gauche du Parti démocrate, n'a disposé que d'une minute pour s'exprimer. Elle a plaidé la cause du socialiste Bernie Sanders - c'est la tradition, même si le vote était plié entre les deux finalistes des primaires - et surtout du mouvement progressiste qui monte dans le pays.

Nouvelle main tendue aux républicains

Les organisateurs de la convention ont cependant décidé de continuer à tendre la main aux conservateurs anti-Trump. Comme en écho à la présence du républicain John Kasich la veille, c'est l'ex-secrétaire d'État de George W. Bush, Colin Powell, qui a offert son soutien à Joe Biden mardi soir. "Notre pays a besoin d'un commandant en chef qui prend soin de ses soldats comme de sa famille", qui "ne cède pas à la flatterie des dictateurs" et qui "restaure le leadership de l'Amérique dans le monde", a-t-il plaidé.

Joe Biden a aussi bénéficié d'un message de soutien de Cindy McCain, la veuve du sénateur républicain John McCain, décédé en 2018. Ce héros de la guerre du Vietnam était détesté par Donald Trump.

Les mots de la fin ont été prononcés par Jill Biden, aspirante future "First Lady". En direct depuis son ancienne salle de classe de Wilmington, dans le Delaware, cette professeure d'anglais a loué les qualités de son mari. "Comment réunir une famille brisée ? De la même façon que vous unifiez une nation", a-t-elle dit. "Avec amour et compréhension, et avec des petits gestes de gentillesse. Avec courage. Avec une foi inébranlable."

Mercredi, les yeux seront tournés vers Kamala Harris, la sénatrice choisie par Joe Biden pour l'accompagner à la Maison Blanche s'il est élu. Jeudi, c'est le candidat démocrate lui-même qui acceptera son investiture et mettra fin à cette convention pas comme les autres.

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.