Accéder au contenu principal

Elections à la FFR: Laporte promet d'être "plus proche des clubs"

3 mn
Publicité

Carqueiranne (France) (AFP)

Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby et candidat à sa propre succession, a promis, mercredi lors de son premier meeting de campagne devant 400 personnes à Carqueiranne (Var), d'être "encore plus proche des clubs".

Q: Quel bilan tirez-vous de votre exercice à la tête de la Fédération Française de rugby (FFR) ?

R: "Nous avons été élus avec une feuille de route de 44 engagements, nous en avons réalisé 90 %. Les axes forts de ces réussites sont d'abord la démocratie. C'est moi qui ait redonné le pouvoir en décidant de limiter les mandats à deux dans le temps. Avant, ils étaient là pendant 40 ans. Aujourd'hui, c'est fini. Le deuxième point, c'est le retour du XV de France dans les meilleures nations mondiales. Nous sommes passés de la 9e à la 4e place au classement mondial. Nous sommes à nouveau redoutés. Jean-Claude Skrela a été directeur technique national pendant dix ans et c'est à cause de lui que nous avons connu dix ans de marasme en équipe de France. J'ai pris des décisions difficiles en arrivant à la Fédération mais je souhaite souligner le travail exceptionnel réalisé par Fabien Galthié et son staff en seulement un an et demi. Économiquement, nous nous portons aussi très bien."

Q: Comment gérez-vous la crise sanitaire actuelle ?

R: "Nous gérons au jour le jour avec les recommandations du gouvernement. Il y a plusieurs réunions par semaine. Nous n'étions pas inquiets sur la reprise mais nous nous apercevons que c'est compliqué. Il y a des cas partout donc nous ne savons pas comment la situation va évoluer. Bien sûr nous sommes un sport propice à la propagation du virus."

Q: Quels sont les points forts de votre programme ?

R: "Il faut continuer à être encore plus proche des clubs et en les accompagnant encore plus. Il faut aller encore plus haut dans les performances sportives en accompagnant les joueurs et en leur donnant les moyens de leurs ambitions. Nos objectifs sont de devenir champions du monde chez les hommes en 2023 et les femmes en 2021."

Q: Comment comptez-vous lutter contre la baisse de licenciés ?

R: "Il faut tout d'abord revenir dans les écoles. Nous avons passé une convention avec l'Education nationale. Il faut aussi que notre vitrine, qui est le XV de France, ait des résultats pour que les jeunes s'identifient et jouent au rugby. Nous nous fixons un objectif de 100.000 licenciés supplémentaires en 2024. Il faut aussi développer le rugby féminin. Le rugby féminin, c'est le rugby masculin d'il y a 40 ans. Il va y avoir de plus en plus de licenciées. Nous postulerons aussi pour recevoir la Coupe du monde 2025 féminine en France. Nous souhaiterions que les filles puissent jouer au Stade de France mais, pour l'instant, c'est compliqué économiquement."

Q: Florian Grill, votre adversaire pour cette élection, souhaiterait repousser de deux mois l'élection, prévue le 3 octobre, en raison de la crise sanitaire. Pourquoi vous y opposez-vous?

R: "Nous avons décidé il y a un an jour pour jour de cette date. Mais, pour moi, il n'y a que le ministre des Sports qui pourrait changer la date. J'applique uniquement la loi. Je rappelle que l'Assemblée générale sur le budget se déroulera avant l'élection contrairement à ce qui est dit."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.