Accéder au contenu principal

Cyclisme: Juliette Labous, renversante, devient championne de France de contre-la-montre

3 mn
Publicité

Grand-Champ (France) (AFP)

Juliette Labous a renversé le temps et la quadruple championne de France du contre-la-montre Audrey Cordon-Ragot pour enfiler le maillot tricolore de la spécialité vendredi à Grand-Champ, près de Vannes.

Reléguée derrière Audrey-Cordon Ragot à tous les intermédiaires, Juliette Labous, 21 ans, l'a devancée à l'arrivée de cinq secondes pour arracher son premier titre national du +chrono+ après plusieurs places d'honneur (2e en 2018 puis 4e en 2017 et 2019).

"Je me disais que je pouvais le faire mais je ne le faisais jamais. J'ai enfin concrétisé, ça fait plaisir", a exulté la rouleuse de Sunweb.

En plus du temps, elle a dû maîtriser les éléments dans le Morbihan avec des bourrasques de pluie aussi violentes qu'intermittentes, toutes bretonnes.

Des conditions auxquelles est pourtant rompue la Costarmoricienne Audrey-Cordon Ragot qui était toujours sidérée, une heure plus tard, d'avoir cédé dans son mano a mano avec Labous.

"Quand à la ligne d'arrivée, je vois que je suis derrière, c'est l'incompréhension. Je n'y croyais pas", s'est livrée la Bretonne de l'équipe Trek qui devance Aude Biannic, 3e avec 1 min 31 de retard, dont 25 secondes de pénalité pour "abri prolongé".

"Cinq secondes, ça fait mal, s'est épanchée la quadruple championne de France. La déception est dix fois pire que l'année dernière." Quand le cinquième titre lui avait échappé en raison d'incidents mécaniques.

Celle qui en avait profité, la tenante du titre Séverine Eraud, a dû jeter l'éponge après quelques kilomètres vendredi, diminuée par une chute une semaine plus tôt sur la Périgord Ladies.

Plus qu'en 2019, ces Championnats de France peuvent ressembler à une passation de pouvoir entre Audrey Cordon-Ragot, 31 ans dans un mois, et Juliette Labous, qui lui rend presque dix ans. Labous, titrée deux fois championne de France chez les juniors puis chez les espoirs, tient enfin son premier sacre en élite.

Avant un doublé samedi sur la course en ligne ? "C'est plus aléatoire (que le contre-la-montre", estime-t-elle.

Surtout qu'en raison d'un programme condensé à cause du Covid, il n'y a pas de jour de repos entre les deux épreuves.

"110 km, ça peut paraître peu, fait remarquer Audrey Cordon-Ragot. Mais ça commence à faire quand on a couru la veille."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.