C1: loin de Lisbonne, les fans parisiens frustrés mais prêts à célébrer

Publicité

Paris (AFP)

Les supporters du Paris SG, qui l'ont espérée pendant des années, attendent la finale de Ligue des champions contre le Bayern Munich dimanche avec espoir et frustration, privés par la crise sanitaire de la ferveur d'un stade ou de la possibilité de se réunir.

Finale à huis clos, pas de fan zone, mesures policières pour prévenir tout rassemblement massif à l'issue de la rencontre. Tout juste 5.000 personnes, moyennant 15 euros, pourront suivre la rencontre ensemble sur les écrans géants du Parc des princes.

"C'est la première et peut-être, on ne sait pas, la dernière fois qu'on joue une finale, j'aurais tout fait pour aller (à Lisbonne, où se joue le match)", assure Michaël, 24 ans, qui ne souhaite pas donner son nom.

"La frustration, elle est surtout de ne pas avoir vu les quarts et les demies au Parc", ajoute cet abonné depuis 2012.

"Un parcours en Ligue des champions, c'est des matches à domicile, la pression qui monte devant le stade... Cette année, on n'a rien eu de tout ça", regrette Abdou, ancien abonné de 31 ans.

Les quarts et demi-finales se sont disputés sur un match sec à Lisbonne, dans des stades vides. Une situation imposée par la pandémie de coronavirus, qui a fait plus de 212.000 morts en Europe, selon un décompte de l'AFP.

Certains, bien conscients des circonstances particulières, entendent regarder le match chez eux.

"Même si j'aurais adoré par dessus tout vivre cet instant sur Paris, j'ai fait le choix de rester bien sagement chez moi puisque le contexte sanitaire nous oblige à rester vigilants", concède Vincent, supporter de 18 ans.

"Je vais regarder le match chez moi avec des amis, c'est plus prudent", complète Abdou.

- "Niveau Coupe du Monde" -

La diffusion du match au Parc divise les supporters: "Pour l'ambiance, ce n'est pas l'idée qu'on se fait d'une finale, ça risque d'être trop familial", estime un membre du Collectif Ultras Paris (CUP), le groupe d'ultras majoritaire au club.

"Ça aurait pu être cool de regarder le match au Parc sur les écrans géants, mais il faut être abonné (pour y assister). Ca rajoute de la frustration, déjà qu'on ne peut pas se rassembler comme d'habitude...", déplore Melvin, 19 ans.

Dimanche soir, l'avenue des Champs-Elysées sera réservée aux piétons. Afin de "respecter la distanciation sociale", il n'y aura à partir de 21H00 "plus de circulation sur les Champs de manière à ce que les gens puissent remplir l'espace en respectant les règles", a annoncé samedi le préfet de police de Paris Didier Lallement.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a lui indiqué que "deux heures après le match", "le rassemblement (serait) totalement interdit et les policiers et gendarmes feront l'évacuation des personnes".

Une "verbalisation systématique" sera appliquée en cas de non-port de masque, 3.000 membres des forces de l'ordre seront mobilisés et 17 stations de métro seront fermées.

- "Le Parc, c'est trop tentant !" -

La préfecture est attendue au tournant suite aux débordements intervenus sur les Champs-Elysées après la demi-finale contre Leipzig, mardi, qui ont mené à 36 interpellations.

"Il y a eu une défaillance de la préfecture de police", a lancé jeudi sur BFMTV David Belliard, adjoint EELV de la maire de Paris Anne Hidalgo.

Le CUP se défend de toute implication: "Ce qu'il s'est passé sur les Champs-Elysées, le CUP n'a rien à voir là-dedans, ce sont des gens qui viennent juste pour casser, comme sur les manifs ou les +gilets jaunes+", assure un de ses membres.

Pour la finale, "ça discute dans tous les sens mais pour l'instant, rien n'est fixé", ajoute-t-il. "On se réunira entre nous pour regarder le match et en cas de victoire, c'est le Parc ou les Champs !"

Même son de cloche pour Ronan et Brice, deux frères de 22 et 24 ans: "On va regarder le match dans un bar à côté du Parc des Princes et on ira devant le stade dès le coup de sifflet final, on a déjà prévu les fumigènes !"

"Ce qui est sûr, c'est que si on gagne, je viens direct devant le Parc, c'est trop tentant !", abonde Melvin.