Championnats de France: la consécration pour Audrey Cordon-Ragot

Grand-Champ (France) (AFP)

Publicité

La délivrance pour Audrey Cordon-Ragot a été à la hauteur de son immense déception sur le contre-la-montre la veille: sur ses terres, la Bretonne a signé la course rêvée pour enfin être sacrée à 30 ans championne de France samedi à Grand-Champ en solitaire.

"Je pleure de joie, je ne réalise pas du tout", a soufflé Audrey Cordon-Ragot en zone mixte à peine 24h après un contre-la-montre qui lui avait arraché des larmes autrement plus amères.

"Cinq secondes, ça fait mal", avait lâché, écoeurée la veille, la rouleuse de Trek, battue sur le fil par la jeunesse montante de Juliette Labous, 21 ans.

Sans cacher ses ambitions, elle estimait la course en ligne "beaucoup plus aléatoire" pour elle, seule représentante de son équipe face aux régiments de FDJ, Arkéa et Charente-Maritime. Sa stratégie parfaite samedi lui a permis d'enfiler enfin le maillot tricolore qui lui manquait.

A une quarantaine de kilomètres de l'arrivée, les attaques en rafale d’+ACR+, ont sorti le peloton de sa léthargie puis permis un regroupement à l'avant de la course, avec deux échappées et un groupe de contre, à 23 km de l'arrivée.

Seule dans un groupe de huit face à trois FDJ et trois Arkéa, Audrey Cordon-Ragot, assagie par ses 30 ans, a fait parler l'expérience et laissé les deux équipes se neutraliser.

"Ca s'est joué à celle qui allait avoir la tête la plus froide et jouer avec les sentiments des autres", a reconnu la nouvelle championne de France en conférence de presse.

Une nouvelle de ses accélérations a fait la sélection à 10km. Avant qu'une dernière cartouche d'+ACR+ ne soit fatale à ses deux dernières alliées de circonstance, Glady Verhulst (Arkéa) et la pistarde Clara Copponi (FDJ), la dernière à s'accrocher jusqu'à des crampes

"L'échec de vendredi m'a permis d'avoir des forces décuplées aujourd'hui", a reconnu, revancharde, la quadruple championne de France du contre-la-montre (2015-2018) qui a finalement goûté le lendemain "plus beau jour de (s)a vie".

Verhulst, 23 ans et championne de France espoirs en 2018, a réglé face à Copponi, 21 ans, le sprint des perdantes, que Cordon-Ragot se verrait bien "encadrer" après sa carrière qui "ne va pas encore durer des ans", a-t-elle confié avec la quiétude de ceux qui touchent l'accomplissement d'une vie.

"Porter le maillot bleu-blanc-rouge, c'est un rêve. Je ne peux pas rêver mieux."