A l'académie qatarie du PSG, la C1 pour détrôner Liverpool dans le coeur des jeunes fans

Doha (AFP)

Publicité

Alors que le Paris Saint-Germain s'apprête dimanche à vivre sa première finale de Ligue des champions à Lisbonne contre le Bayern, à près de 8000 kilomètres de là, au Qatar, des jeunes footballeurs de l'Académie du PSG découvrent avec intérêt les performances du club parisien, pas encore autant adulé que certaines écuries anglaises.

"Je m'attends à ce que le PSG gagne 3-1, un coup du chapeau de Neymar", déclare, décomplexé, Yassine el-Samman, du haut de ses 11 ans. "Mais le Bayern est une équipe fantastique".

Samman fait partie de la PSG-Academy, une école de football qui forme environ 1.000 jeunes, dont un tiers sont qatariens. Ouverte aux garçons et aux filles âgés de 5 à 16 ans, elle fonctionne sur quatre sites qataris et coûte 2.000 riyals (465 euros) par mois.

L'académie a ouvert ses portes en janvier 2019 lors d'un événement auquel ont participé la superstar du club parisien Neymar et l'entraîneur de l'équipe première, Thomas Tuchel.

- "Un club qu'il ne connaissait pas" -

Le réseau du PSG, qui compte plus de 70 académies similaires dans le monde entier, est un élément clé de son ambitieux projet, financé par le Qatar, pour étendre son attrait à l'échelle planétaire et s'assurer une place au sommet du football mondial.

"Il est important de promouvoir notre marque, mais pas seulement. C'est aussi une question de valeurs", déclare le directeur technique de l'académie, Cyril Klosek. "Le PSG est déjà l'une des meilleures marques de l'industrie du sport, nous développons la marque, le merchandising et ces académies".

Pourtant alors, que le PSG est la propriété du fond d'investissement qatariote QSI (Qatar Sports Investments), les supporters du club parisien au Qatar ne sont pas aussi nombreux que ceux de Manchester United ou de Chelsea, poids lourds de la Premier League anglaise.

"J'ai regardé un match avec mon père une fois. Il m'a dit qu'il y avait un club qu'il ne connaissait pas et qui s'appelait le PSG. Et je les ai vus jouer très bien, alors on a décidé d'en regarder d'autres", avoue ainsi le jeune Yassine, tout comme d'autres jeunes présents lors de la séance d'entraînement des moins de 12 ans.

- Liverpool devant le PSG -

Mais c'est Liverpool qui bénéficie du soutien peut-être le plus vif au Qatar où son talisman égyptien Mo Salah est vénéré par ses 300 000 compatriotes expatriés.

Les "Qatar Reds" ont ainsi presque deux fois plus d'abonnés sur Facebook que le "PSG Fans Club Qatar", et les membres, en grande partie des expatriés, se rassemblaient régulièrement pour regarder les matchs de Liverpool, avant la pandémie de coronavirus.

Pourtant "il est certain que gagner la Ligue des champions contribuerait grandement à accroître la popularité de Paris dans la plupart des régions du monde, et pas seulement à Doha", affirme, lucide, le journaliste sportif Hossam Nabawy, basé au Qatar.

Et le vent du désert serait en train de tourner. De nombreux supporters de la nouvelle génération du PSG ont été attirés par la série de signatures du club qui ont fait sauter les banques, conséquence directe des largesses du Qatar.

Le réseau d'académies du PSG est la pierre angulaire des ambitions mondiales du club et complète à souhait l'objectif du Qatar de devenir une grande puissance du football d'ici la Coupe du monde de 2022 qu'il accueillera.

La structure soutient également la stratégie du Qatar visant à cultiver des talents locaux avant 2022, avec l'espoir d'envoyer un jour un joueur passé par l'académie de Doha à Paris.