Accéder au contenu principal

Championnat de France de cyclisme: Groupama-FDJ en reconquête avec Démare en arme N.1

4 mn
Publicité

Grand-Champ (France) (AFP)

Le quasi-monopole de l'équipe Groupama-FDJ sur le maillot bleu-blanc-rouge se poursuivra-t-il ? L'équipe de Marc Madiot, armée d'un Arnaud Démare en trombe sur ce mois d'août, entend faire à nouveau main basse sur la tunique tricolore dimanche à Grand-Champ, dans le Morbihan.

"Le favori numéro 1 c'est Arnaud Démare, ce sera Groupama-FDJ qui aura les clés de la course", affiche Warren Barguil qui avait déjoué les plans de l'équipe du sprinteur picard l'an passé lors de la course en ligne des championnats de France.

Après un an d'un intermède loin du coeur, Groupama-FDJ compte renouer avec le titre national, qu'elle a étreint six fois depuis 2012: "Ca ne fait qu'un an mais le maillot nous manque déjà", reconnait son directeur sportif Yvon Madiot.

Le parcours à Grand-Champ, dans les environs de Vannes, paraît plus adapté que prévu à son prétendant Arnaud Démare, déjà deux fois champion de France (2014 et 2017).

Le circuit initial de Plumelec, balayé par le Covid-19, a laissé place à une boucle en huit de 18 kilomètres, un peu plus à l'ouest, à parcourir 13 fois pour 238 km de course.

"Ca fait environ 3.300 mètres de dénivelé positif au total, a calculé Warren Baguil. Donc ce n'est pas plat. Ce sera assez dur même s'il y a moins de kilomètres que l'an passé (252 km, ndlr)."

Le dénivelé se partage sur deux bosses, une de 1 km à 4,6% de pente moyenne et une autre de 2,2 km à 3,3%, selon Strava, qui, sans faire de sélection, "vont peser dans le final" avec "l'usure des tours", pronostique Marc Madiot.

Pas de quoi effrayer Arnaud Démare, sur les chapeaux de roue en ce mois d'août.

"J'y pense fort depuis deux-trois semaines. Avec les jambes que j'ai, je l'ai forcément en tête", reconnaissait-il en milieu de semaine dans un entretien à Direct vélo.

Après un succès plein d'autorité à Milan-Turin, devant Caleb Ewan et l'homme fort du moment Wout van Aert, le Picard a roulé sur le Tour de Wallonie (16 - 19 août).

- La menace +Alaf+ -

Sur les routes de Belgique, +Nono+ a de nouveau levé les bras devant Ewan avant de signer un numéro la dernière journée quand il a répondu à une attaque tranchante de Philippe Gilbert dans le dernier kilomètre pour remporter le classement général ainsi que l'étape, pourtant bosselée.

"Les bosses ne sont pas non plus... Elles ne durent pas plus de deux minutes", juge, à propos du circuit de dimanche, Arnaud Démare qui a "pour objectif un titre dimanche", le troisième.

Depuis l'après-guerre, un seul coursier a réussi le triplé, Jean Stablinski (1960, 1962, 1963): et le champion du monde 1962 a même poussé le talent jusqu'à en empiler un quatrième (1964).

Pour déjouer les offensives adverses, tactiquement, Arnaud Démare aura aussi pour lui le nombre avec 17 coureurs à prendre le départ sous le maillot Groupama-FDJ (13 de l'équipe World Tour, 4 de la continentale).

"Mais il y a la petite bombe, (Julian) Alaphilippe, qui nous fait peur", craint le double vainqueur d'étape sur le Tour de France. Même si +Alaf+ n'aura que Florian Sénéchal pour l'épauler, l'autre Français de Deceuninck, Rémi Cavagna, préférant se concentrer sur le contre-la-montre des Championnats d'Europe lundi trois jours après son sacre sur le chrono national.

"Il faudra anticiper", n'en démord pas Démare, "parce que quand (Alaphilippe) mettra son attaque, ça risque d'être fatal pour moi."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.