Grande déception des supporters parisiens rassemblés au Parc, quelques heurts avec la police

Publicité

Paris (AFP)

Ils rêvaient d'une grande fête, leur déception est immense: les supporters du PSG, rassemblés dimanche au Parc des Princes pour voir la finale de la Ligue des Champions, sont sortis la tête basse du stade autour duquel ont eu lieu quelques échauffourées avec la police.

"Trop de déception! Ils ont gâché trop d'occasions et malheureusement en finale ça ne pardonne pas. Les occasions étaient là mais pas le réalisme. (...) Jusqu'au bout il y a eu des occasions qui auraient pu mener à une égalisation mais la chance n'était pas de notre côté... " regrette Nicolas Mounier en sortant du stade.

"On est mitigé", estime un groupe de trois personnes. "On est déçu mais on n'a pas été ridicule. La première mi-temps, on était à armes égales et on a eu un passage à vide les 20 premières minutes de la deuxième mi-temps et on l'a payé", résume Anne Vaneson.

"Il paraît que la première finale se perd toujours", veut croire Benjamin Navet. "C'est la première étape, la première fois qu'on atteint la finale, dans des conditions particulières", dit-il. "On est déçu mais pas abattu", confirme sa mère Dominique Navet.

Les 5.000 supporters, qui ont suivi dans une ambiance bouillante la finale de la Ligue des champions depuis le Parc des Princes avaient pourtant donné de la voix malgré le masque tout au long du match.

Dans le stade, seule une petite partie des tribunes était occupée par des supporters masqués, drapeaux flottants et fumigènes enflammés quand les chants résonnent en continu dans le stade presque vide.

Tout au long du match, autour du stade, des échauffourées ont eu lieu entre les forces de l'ordre qui ont utilisé des gaz lacrymogènes face à des supporters armés de feux d'artifice.

En fin de match, plusieurs poubelles ont été incendiées et les pompiers ont dû intervenir pour un véhicule en feu près des Champs-Elysées, a indiqué la Préfecture de police de Paris (PP).

Dépités par la défaite du PSG, des supporters ont commencé à s'attaquer aux balustrades entourant le chantier de rénovation de la fontaine de la porte de Saint-Cloud, avant d'être stoppés par des jets de gaz lacrymogène.

De petits groupes de jeunes, très mobiles, partent en courant et se dispersent dans les rues alentours, mettant au passage le feu à quelques poubelles. Au loin, des feux d'artifice et les détonations sourdes de gros pétards.

Au passage des camions des forces de l'ordre, des jeunes jettent des bouteilles en criant des insultes. "Partez, rentrez chez vous, ça va se transformer en violences urbaines", conseille aux badauds un groupe de supporters.

Les forces de l'ordre ont dû disperser "une centaine de personnes regroupées porte de Saint-Cloud", avait annoncé la Préfecture pendant le match sur Twitter. Des "débordements inadmissibles" a tweeté en retour le ministre de l'Intérieur Gérard Darmanin.

D'après la préfecture de police, à 23H45 six personnes avaient été interpellées.

Les forces de l'ordre sont également intervenues pour verbaliser les personnes ne portant pas le masque. A 22H30, 274 verbalisations avaient par ailleurs été dressées, notamment dans un bar qui a été évacué à proximité des Champs-Elysées.

A Marseille, autre ambiance: les supporters de l'OM ont explosé de joie après la défaite du PSG, leur rival historique. "C'est jour de fête, ils ont perdu", s'est exclamé Samir M'Kirech attablé à la terrasse d'un pub sur le Vieux-Port de Marseille.

Le président Emmanuel Macron a fait part sur Twitter de ses "Félicitations au @FCBayern pour sa sixième Ligue des champions et au @PSG_inside pour son parcours exceptionnel". "L’heure de la victoire viendra pour le football français", a-t-il ajouté.