Ligue des champions : les supporters du PSG déçus, plus de 150 personnes en garde à vue à Paris

Un supporter du PSG après la défaite de son équipe, à Paris, le 23 août 2020.
Un supporter du PSG après la défaite de son équipe, à Paris, le 23 août 2020. © Alain Jocard, AFP

Les supporters parisiens rassemblés au Parc des Princes ont été déçus de la défaite de leur équipe en finale de la Ligue des champions. Le parquet de Paris a indiqué lundi que 151 personnes avaient été placées en garde à vue, dont 49 mineurs, pour dégradations ou violences après le match. Il y a par ailleurs eu 404 verbalisations pour absence de port du masque. 

Publicité

La finale de la Ligue des Champions, remportée 1-0 par le Bayern Munich face au PSG, a donné lieu à des tensions dimanche 23 août à Paris, notamment autour du Parc des Princes et près de l'avenue des Champs Elysées. Lundi matin, la préfecture de police a annoncé que 148 personnes avaient été interpellées  "notamment pour dégradations, violences ou jets de projectiles sur les forces de l'ordre". Plus tard dans la matinée, le parquet de Paris a annoncé que 151 personnes avaient été placées en garde-à-vue, dont 49 mineurs. 

Les forces de l'ordre sont également intervenues pour verbaliser les personnes ne portant pas le masque. Il y a eu "404 verbalisations pour non-port du masque sur secteur de port obligatoire", a précisé la préfecture.

Véhicules incendiés

Les 5 000 supporters qui ont suivi dans une ambiance bouillante la finale de la Ligue des champions depuis le Parc des Princes ont donné de la voix. Seule une petite partie des tribunes était occupée par des supporters masqués, mais équipés de drapeaux et de fumigènes.

01:44

Mais autour du stade, tout au long du match, des échauffourées ont eu lieu entre les forces de l'ordre et des supporters, armés de pétards et de feux d'artifice. Après le match, les tensions sont encore montées d'un cran et des heurts ont eu lieu aussi dans le secteur des Champs-Élysées, où des véhicules ont été incendiés, des vitrines cassées et des magasins vandalisés.

Les échauffourées ont duré plusieurs heures : des groupes de jeunes très mobiles s'en sont pris aux forces de l'ordre sur lesquelles ils ont jeté des bouteilles de verre et tiré des mortiers de feu d'artifice. Les forces de l'ordre ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène ou de lanceurs de balles de défense (LBD).

Dimanche soir, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a estimé dès les premiers heurts qu'il s'agissait de "débordements inadmissibles", avant de remercier plus tard dans la soirée les forces de l'ordre qui avaient procédé à des interpellations de "petits groupes violents, fauteurs de troubles".

La joie à Marseille

À Marseille, autre ambiance : les supporters de l'OM ont explosé de joie après la défaite du PSG, leur rival historique. "C'est jour de fête, ils ont perdu", s'est exclamé Samir M'Kirech, attablé à la terrasse d'un pub sur le Vieux-Port de Marseille.

Le président Emmanuel Macron a fait part sur Twitter de ses "félicitations au @FCBayern pour sa sixième Ligue des champions et au @PSG_inside pour son parcours exceptionnel".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine