Calendrier, stades, transports: le casse-tête du rugby en Europe

Paris (AFP)

Publicité

Mauvais timing pour le rugby: la reprise des compétitions en Europe, interrompues depuis mars, coïncide avec celle de la pandémie de Covid-19, prolongeant les restrictions et compliquant la tâche des organisateurs, aux prises avec un calendrier surchargé.

. Calendrier: ils sont fous, ces Anglais

La Premiership a entamé le 14 août un marathon de sept journées en un mois pour boucler sa saison. Les Anglais espèrent pouvoir disputer leur finale le 24 octobre, en même temps que les matches en retard du Tournoi des six nations 2020. Avant de reprendre la saison suivante... fin novembre, avant même la fin de la fenêtre internationale, doublée exceptionnellement cette année.

Le Pro 14, opposant des franchises galloises, écossaises, irlandaises, italiennes et sud-africaines, a également opté pour une session de rattrapage accélérée, démarrée vendredi: deux journées plutôt que huit, avec que des "derbies" pour éviter les déplacements transnationaux, avant les phases finales (à partir du 5 septembre). Et sans les deux franchises sud-africaines, qui n'ont été autorisées à reprendre l'entraînement que fin juillet.

En ce qui concerne la saison suivante, la reprise devrait s'effectuer le 3 octobre, soit trois semaines après la finale, mais le calendrier est encore tributaire du nouveau format de la Coupe d'Europe.

La France a choisi de tirer un trait sur la saison 2019-2020 mais avec vingt-six journées de saison régulière, le Top 14 n'a pas plus de marge de manœuvre que ses voisins.

Dans un calendrier surchargé, entre Coupe d'Europe et fenêtre automnale, le cas du Stade français donne des sueurs froides aux dirigeants: plus d'une dizaine de joueurs ont été testés positifs au Covid-19 début août, certains ont développé des lésions pulmonaires et il n'est pas certain que la Ligue nationale de rugby (LNR) autorise le club parisien à se présenter face à Bordeaux-Bègles le 4 septembre pour l'ouverture de la saison.

Report ou forfait? La LNR n'a pour l'heure pas tranché, mais la Premiership, si: le club incapable d'aligner une équipe entière à cause de cas de Covid aura match perdu 20-0, avec point de bonus offensif pour l'adversaire.

. Stades: huis clos contre jauge

Là aussi, la France a pris un chemin différent de ses voisins. Si la Premiership et le Pro 14 ont opté pour le huis clos, les clubs du Top 14 font tout pour obtenir une dérogation préfectorale afin d'accueillir plus de 5.000 personnes, plafond autorisé jusqu'à fin octobre.

Mi-août, le patron de Premiership Rugby avait affirmé que les supporters pourraient revenir "très bientôt" dans les stades. Comme pour la reprise des compétitions, le football devrait dicter le rythme au rugby pour le retour des spectateurs, car ses stades, plus vastes et modernes, permettent une meilleure gestion des flux.

La Premier League vise début octobre pour un retour d'un premier contingent de supporters dans les stades, ce qui est aussi la date du gouvernement depuis plusieurs mois.

Pour ce qui est du Pro 14, l'annonce jeudi par la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon d'une réouverture progressive des stades à partir du 14 septembre, mais aussi de la possibilité de mener des "évènements-tests" avant cela, a fait réagir la fédération qui aimerait utiliser le deuxième match entre Glasgow et Edimbourg, le 28 août à Murrayfield pour évaluer son dispositif. Selon la presse, la jauge serait très modeste, entre 600 et 700 supporters, dans un stade qui peu en accueillir 67.000. Il est très peu probable que les supporters de l'équipe extérieure soient autorisés d'accès.

. Transports: pas de panique?

Le Pro 14, la Coupe d'Europe et les tests d'automne sont menacés par une éventuelle nouvelle fermeture des frontières. La décision de Londres d'imposer une quatorzaine aux arrivants de certains pays, comme la France, ne s'applique pas pour le sport professionnel, du moment que certains protocoles sont respectés et notamment un dépistage régulier.

La F1, le football ou le cricket ayant repris de manière internationale, le rugby ne semble pas avoir trop de soucis à se faire.

Les choses sont moins claires du côté de l'Irlande, qui a imposé une quatorzaine aux ressortissants français et britanniques, alors que le Leinster est en lice en Coupe d'Europe. Le gouvernement n'a pas encore exempté le sport professionnel de cette mesure.