Accéder au contenu principal

C1 dames: entre Lyonnaises et Parisiennes, des sommets souvent serrés

5 mn
Publicité

Bilbao (Espagne) (AFP)

Les Lyonnaises, patronnes du foot féminin en France et en Europe, ont disputé et très souvent remporté les matches au sommet contre leurs rivales parisiennes, mais sans grande marge de manœuvre ces dernières années.

Focus sur les principaux chocs OL-PSG disputés récemment sur les scènes domestique et continentale, avant la demi-finale de Ligue des champions les opposant mercredi à Bilbao (20h00).

. Victoires de l'Olympique lyonnais

- 24 avril 2016 à Lyon, demi-finale aller de Ligue des champions (7-0)

Devant une foule record de 22.000 spectateurs, les Lyonnaises ne font qu'une bouchée des Parisiennes avec à la clé des doublés d'Ada Hegerberg et Eugénie Le Sommer. La première période a viré au calvaire pour les joueuses de la capitale: au-delà des cinq buts encaissés, elles perdent Laure Boulleau, Kheira Hamraoui et Laura Georges sur blessure.

"Le Paris SG, tout en ayant une très bonne équipe, a fait quelques erreurs et, quand on fait des erreurs, on n'a aucune chance de s'en sortir face à une grande équipe comme celle de Lyon", commente le président de l'OL Jean-Michel Aulas. "J'ai honte", réagi de son côté l'entraîneur parisien Farid Benstiti, un ancien de Lyon.

- 1er juin 2017 à Cardiff, finale de Ligue des champions (0-0 a.p., 7-6 t.a.b.)

Au pays de Galles, les joueuses de Gérard Prêcheur (Lyon) et Patrice Lair (PSG) multiplient les occasions mais Sarah Bouhaddi et Katarzyna Kiedrzynek arrêtent tout. La séance de tirs au but est interminable, avec une tentative manquée par la Lyonnaise Eugénie Le Sommer et une autre par la Parisienne Grace Geyoro.

Les gardiennes prennent alors leur responsabilité. Kiedrzynek manque le cadre mais pas Bouhaddi, qui offre à l'OL un quatrième titre européen après ceux de 2011, 2012 et 2016.

"Tout le monde nous voyait gagner haut la main, nous on avait quand même cette lucidité, cette humilité de dire que c'est compliqué. Ça devient de plus en plus serré", résume alors Wendie Renard, capitaine de Lyon.

- 21 septembre 2019 à Guingamp, Trophée des championnes (1-1, 4-3 t.a.b.)

Pour la première édition entre les championnes de France lyonnaises et leurs dauphines parisiennes, Nadia Nadim répond au boulet de canon d'Amel Majri qui avait mis l'OL sur orbite. La conclusion se joue directement aux tirs au but, sans prolongation. Le Sommer tire sur le poteau mais Bouhaddi est impériale devant Marie-Antoinette Katoto et Geyoro.

Au-delà du résultat, reste une image: la milieu parisienne Geyoro en pleurs, réconfortée par son adversaire Wendie Renard. "Lève-la tête ma grande", lui dit sa coéquipière en équipe de France. "On avance, on progresse, on travaille. Ca n'est pas passé très loin", positive l'entraîneur du PSG Olivier Echouafni.

- 9 août 2020 à Auxerre, finale de Coupe de France (0-0, 4-3 t.a.b.)

La finale reportée en août, après la longue interruption liée à la pandémie de Covid-19, se dispute sous une pluie continuelle. L'orage provoque même une panne de courant et une interruption d'un quart d'heure. Malgré un nouvel échec de Le Sommer, Bouhaddi se distingue de nouveau durant la séance des tirs au but en stoppant celui de Lea Khelifi, après une tentative manquée par la gardienne parisienne Christiane Endler.

. Victoires du Paris SG

- 12 novembre 2014 à Lyon, 8e de finale retour de Ligue des champions (1-0)

Après un score de parité (1-1) à l'aller, le PSG crée la surprise à Gerland sur un but de Fatmire Alushi punissant une domination stérile des locales. "C'est facile à dire après le match, mais dans ma tête, c'est ce que j'avais prévu de faire avec mes joueuses. Il est arrivé cette occasion. Nous n'avons pas tremblé. Nous avons été solides en défense", savoure l'entraîneur parisien Farid Benstiti.

Jean-Michel Aulas refuse d'y voir un passage de témoin. "C'est l'équipe la plus frileuse qui l'a emporté. On a vu que l'OL avait une avance considérable sur la qualité du jeu et sur le collectif", tacle le président lyonnais.

. 31 mai 2018 à Strasbourg, finale de Coupe de France 2018 (1-0)

A la Meinau, les Parisiennes s'imposent sur un enchaînement parfait de Katoto: coup du sombrero puis frappe du gauche devant Pauline Peyraud-Magnin, alignée à la place de Bouhaddi, blessée.

En début de seconde période, la finale est interrompue en raison de violents orages. Elle reprend après une heure et quart de pause, sur une pelouse gorgée d'eau. L'OL, privé d'un but à la toute dernière minute des arrêts de jeu, annonce un recours pour une interruption jugée excessive, avant de renoncer.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.