Accéder au contenu principal

Facebook va régler 106 millions d'euros au fisc français

Facebook a indiqué lundi avoir scellé un accord sur un redressement de 106 millions d'euros d'impôt sur les sociétés pour sa filiale française sur la période 2009-2018.
Facebook a indiqué lundi avoir scellé un accord sur un redressement de 106 millions d'euros d'impôt sur les sociétés pour sa filiale française sur la période 2009-2018. © Loïc Venance, AFP
5 mn

La marque à la pomme a annoncé lundi qu'elle allait s'acquitter d'un redressement de 106 millions d'euros d'impôt sur les sociétés pour son activité en France entre 2009 et 2018.

Publicité

Après Google, Apple et Amazon, c'est au tour de Facebook de régulariser sa situation fiscale auprès de l'administration française. Le réseau social a indiqué lundi 24 août avoir scellé un accord sur un redressement de 106 millions d'euros d'impôt sur les sociétés pour sa filiale française sur la période 2009-2018.

Pour l'année 2019, le géant californien a précisé qu'il avait payé 8,46 millions d'euros d'impôt sur les sociétés, soit une hausse "de près de 50 % par rapport à l'année dernière". "Nous prenons nos obligations fiscales au sérieux, nous payons les impôts que nous devons dans tous les marchés où nous opérons et travaillons étroitement avec les administrations fiscales à travers le monde pour assurer le respect de toutes les lois fiscales applicables et résoudre tout litige", a affirmé Facebook dans une déclaration.

Bras de fer entre Paris et Washington

Interrogé par l'AFP, le ministère des Comptes publics n'a pas souhaité faire de commentaire, se retranchant derrière le secret fiscal. La question de la taxation des géants du numérique fait l'objet de négociations internationales à l'OCDE et constitue un sujet de discorde particulièrement vif entre les États-Unis et la France.

Paris, comme beaucoup d'autres capitales en Europe et dans le monde, estime que les montants d'impôts acquittés par les mastodontes du numérique dans les pays où ils sont présents sont souvent beaucoup trop faibles par rapport à leur impact réel sur les économies locales.

Le Parlement français a définitivement adopté le 11 juillet 2019 l'instauration d'une taxe sur les géants du numérique, basée sur le chiffre d'affaires, dans l'attente d'un accord international en la matière.

Mais les États-Unis ont annoncé des mesures de représailles à la suite de cette initiative française, sous la forme de droits de douane supplémentaires sur les produits cosmétiques et les sacs à main français qui représenteront 1,3 milliard de dollars s'ils entrent en vigueur dans quelques mois.

Pour tenter de répondre aux critiques du gouvernement français, Facebook avait annoncé en 2017 qu'il avait "changé sa structure de vente" pour que le chiffre d'affaires généré par ses équipes de vente localisées en France soit bien déclaré et taxé en France, en étant intégré dans le calcul de l'impôt sur les sociétés de Facebook France.

Mais malgré cette réforme, les 8,46 millions d'euros d'impôt sur les sociétés acquittés en France par Facebook pour 2019 ne constituent qu'une partie infime des 6,3 milliards d'impôts sur les bénéfices annoncés au total par Facebook dans ses comptes annuels pour l'année 2019, payés pour l'essentiel aux États-Unis.

Et ces 8,46 millions ne sont certainement pas en rapport avec la contribution de l'économie française aux bénéfices de Facebook.

"Nous comprenons qu'il y ait de la frustration"

"Nous comprenons qu'il y ait de la frustration sur la manière dont les entreprises de la tech sont imposées en Europe", avait lui-même reconnu le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, en février 2020. "Nous souhaitons que le processus en cours à l'OCDE aboutisse afin d'avoir un système stable et fiable à l'avenir. Et nous acceptons que cela puisse signifier que nous devrons payer plus d'impôts et les payer dans différents endroits, dans un nouveau cadre", avait-il ajouté.

Depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, le gouvernement français a soldé plusieurs contentieux fiscaux avec les géants du numérique américain. Il y a presque un an, en septembre 2019, Google avait consenti à verser près d'un milliard d'euros pour solder l'ensemble de ses contentieux avec le fisc français.

Dans le cadre de cet accord, la multinationale avait accepté d'une part de payer 500 millions d'euros d'amende pour mettre un terme à une enquête du Parquet national financier (PNF), et d'autre part de verser 465 millions d'euros de rattrapage fiscal pour clore les procédures de redressement engagées à son encontre.

Début 2019, c'est Apple qui avait accepté de verser 500 millions d'euros pour solder 10 ans d'arriérés d'impôt, et Amazon avait trouvé un accord identique en février 2018 pour 200 millions d'euros.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.