Violences policières aux États-Unis : troisième nuit d'émeutes à Kenosha, deux morts par balles

Un manifestant face à un véhicule blindé des forces de l'ordre à Kenosha, Wisconsin, le 26 août 2020, lors de la troisième nuit d'émeutes pour dénoncer les tirs de la police sur Jacob Blake, un noir Américain de 29 ans.
Un manifestant face à un véhicule blindé des forces de l'ordre à Kenosha, Wisconsin, le 26 août 2020, lors de la troisième nuit d'émeutes pour dénoncer les tirs de la police sur Jacob Blake, un noir Américain de 29 ans. AFP - SCOTT OLSON

Malgré les appels au calme de la famille de Jacob Blake, l'homme noir qui s'est fait tirer dans le dos par la police à Kenosha, aux États-Unis, des échauffourées ont opposé manifestants et forces de l'ordre, dans la nuit du 25 au 26 août. Deux personnes ont été tuées par balles, a annoncé la police de Kenosha sur Twitter. 

Publicité

Les émeutes se poursuivent à Kenosha, aux États-Unis, alors que Jacob Blake, l'homme noir qui s'est fait tirer dans le dos par des officiers de police, est paralysé et "se bat pour sa vie". Les appels au calme de la famille Blake et de ses avocats n'ont pas suffi à apaiser la colère des manifestants. Deux personnes ont été tuées par balles dans la nuit de mardi à mercredi 26 août, lors d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre.

Après la tombée de la nuit, la police s'est opposée dans le centre-ville à quelque 200 contestataires ayant défié le couvre-feu nocturne imposé dans cette ville de 100 000 habitants, située sur une rive du lac Michigan. Plusieurs véhicules blindés ont effectué des manœuvres, tirant des gaz lacrymogènes en direction de la foule, dont une partie a lancé à la police des bouteilles d'eau, pétards et autres objets.

Des tirs dans la foule 

Des coups de feu ont retenti dans la nuit, du côté de la foule. "Les tirs ont entraîné la mort de deux personnes et une troisième personne a été hospitalisée pour des blessures graves mais qui ne mettent pas sa vie en danger", a annoncé la police de Kenosha sur Twitter.

Sur ce réseau social, plusieurs vidéos attestent de la violence des manifestations. Dans l'une d'elles, on peut voir un homme armé d'un fusil, courant dans la rue à l'écart d'un groupe. Il tombe au sol et se met à tirer sur des individus en fuite. Un homme tombe à terre visiblement blessé. D'autres s'échappent. 

Sur une autre vidéo mise en ligne, on peut voir un homme au sol, grièvement blessé au bras.

État d'urgence dans le Wisconsin 

Ces troubles sont survenus, alors que le gouverneur du Wisconsin avait déclaré dans la journée de mardi l'état d'urgence et indiqué qu'il allait déployer des membres supplémentaires de la Garde nationale pour ramener l'ordre à Kenosha. 

Jacob Blake, 29 ans, père de six enfants, a été atteint par une série de sept coups de feu tirés dimanche par des officiers de police qui, pistolets en main, ont suivi Blake alors que celui-ci leur tournait le dos et ouvrait la portière conducteur de sa voiture.

Trois de ses fils, âgés de 3, 5 et 8 ans, ont assisté à la scène, selon l'avocat des droits civiques Ben Crump, qui représente la famille Blake. Jacob Blake a été atteint par quatre des sept coups de feu tirés par un seul policier, et "rien n'indiquait qu'il était armé", a déclaré Crump, mardi, dans un entretien à la chaîne ABC News.

La police n'a pas expliqué les motifs de la fusillade. Les policiers impliqués dans la fusillade ont été placés en congé administratif.

Avec Reuters et AFP 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine