Accéder au contenu principal

Covid-19 en France : Jean Castex annonce une aide de 2 milliards d'euros pour la culture

Le Premier ministre français Jean Castex lors d'un discours à l'université d'été du Medef, à l'hippodrome de Longchamp, à Paris le 26 août 2020.
Le Premier ministre français Jean Castex lors d'un discours à l'université d'été du Medef, à l'hippodrome de Longchamp, à Paris le 26 août 2020. © Gonzalo Fuentes, AFP
6 mn

À l'approche de la rentrée, le Premier ministre Jean Castex a annoncé mercredi une aide de deux milliards d'euros dédiée au milieu de la culture, secteur en souffrance depuis le début de l'épidémie. Un plan d'aide, associé à de nouvelles mesures sanitaires, dont les représentants du spectacle vivant attendent encore de connaître tous les détails.

Publicité

Le spectacle vivant, frappé de plein fouet par la crise du coronavirus, s'est vu offrir un ballon d'oxygène par Jean Castex, qui a annoncé deux milliards d'euros d'aide à la culture, dont les représentants attendent toutefois de connaître les détails.

Les professionnels du secteur, dont certains rencontreront jeudi le Premier ministre, souhaitaient un signal fort du gouvernement.

"Il faut aller au théâtre, au cinéma, vous ne risquez rien", a lancé Jean Castex lors d'une interview mercredi matin sur France Inter.

"Un message de clarté"

"Cet appel est une très bonne chose ; c'est un message de clarté qui dit qu'il n'y a pas de danger à fréquenter les salles, c'est extrêmement important", a affirmé à l'AFP Jean-Marc Dumontet, influent propriétaire de théâtres privés parisiens.

Le secteur de la culture bénéficiera ainsi d'une "dotation exceptionnelle" de deux milliards d'euros dans le plan de relance, a dévoilé Jean Castex.

>> À voir aussi : Réouverture des cinémas en France : les cinéphiles retrouvent le grand écran

"On est plutôt agréablement surpris d'avoir entendu le Premier ministre mettre aussi haut la question du secteur culturel, après quatre mois où on a été relégué systématiquement en fin de discours", s'est félicité Nicolas Dubourg, président du Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles), joint par l'AFP. 

Masque obligatoire dans les salles de spectacle

Outre l'aide, le Premier ministre a précisé la principale règle qui marquera la rentrée culturelle : le "masque obligatoire" dans les salles.

Une obligation qui viendrait remplacer en quelque sorte la distanciation physique dans les salles, décriée par le milieu du spectacle vivant. Mais "dans les zones de circulation virale (comme en région parisienne, NDLR), il y aura le cumul des deux", masque et distanciation physique, a précisé Jean Castex, une précision avancée également par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot dans un tweet.

Le spectacle vivant, en France et à l'étranger, conteste en effet depuis des mois une politique de deux poids deux mesures en comparaison avec le secteur des transports. 

"Pourquoi les salles de spectacle, concert, théâtre... n'ont pas le droit d'ouvrir avec une jauge normale et port du masque obligatoire alors qu'on peut prendre le train, l'avion, les transports avec une jauge à 100 % ?", s'indignait encore mardi le violoncelliste français Gautier Capuçon sur Twitter.

Pour le président du Syndeac, le syndicat veillera à ce que les artistes, les compagnies et les auteurs soient "bien pris en compte" dans l'aide des deux milliards d'euros, afin qu'ils ne soient pas "la dernière roue du carrosse". 

Le chef du gouvernement a également annoncé des compensations pour les salles de spectacle et les cinémas, pour combler "l'écart entre les recettes issues des contraintes sanitaires et ce qui aurait été leur point d'équilibre"

Des décisions contestées 

Le gouvernement avait déjà pris au printemps une série de mesures en faveur du spectacle vivant, notamment une "année blanche" pour les intermittents du spectacle.

Jean Castex doit également rencontrer les représentants du secteur du cinéma vendredi et se rendre au festival d'Angoulême ce même jour avec la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Il s'agira du premier festival français d'importance à se tenir après l'annulation de Cannes au printemps.

Un rendez-vous attendu par le délégué général de la Fédération nationale des cinémas français, qui souhaite des "détails" sur le plan d'aide mais conteste surtout le cumul du masque et de la distanciation dans les salles de cinéma, dans les zones de circulation virale : "C'est la double peine pour la culture, c'est incompréhensible", a-t-il déclaré à l'AFP.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.