Rugby: les clubs ont fait "un effort suffisamment conséquent", selon Paul Goze

Paris (AFP)

Publicité

Cinq ou six matches internationaux à l'automne? Un groupe de 42 joueurs pour le XV de France? La proposition des clubs pros de passer de trois à cinq matches "est un effort suffisamment conséquent", a estimé mercredi le président de la LNR Paul Goze auprès de l'AFP.

Les clubs français se sont en effet déclarés disposés à étendre la fenêtre internationale, perturbée par la pandémie, pour la porter à cinq dates sur cinq semaines, soit une de moins que ne le souhaite la Fédération française de rugby (FFR).

"Nous sommes sur nos positions et nous attendons que la Fédération fasse éventuellement des propositions à la manière dont elle voit le problème. Nous sommes extrêmement fermes sur cette proposition: on estime que de trois à cinq matches, c'est un effort suffisamment conséquent. Surtout dans le contexte actuel, il n'est pas possible que les clubs fassent plus d'effort", a expliqué Goze à l'AFP.

"On est solidaires du rugby international, mais on ne peut pas être solidaires en nous sabordant nous mêmes. On a fait un effort très important à un moment très difficile, je pense que c'est le maximum. On attend d'entamer une discussion avec la Fédération", a-t-il également confié.

Initialement, le XV de France devait disputer trois matches en novembre mais World Rugby a doublé fin juillet la fenêtre des tests d'automne: résultat, les Bleus pourraient disputer six matches entre le 24 octobre et le 6 décembre, ce qui permettrait de renflouer en partie une trésorerie mise à mal par la crise sanitaire, mais priverait d'autant les clubs de leurs internationaux.

"On attend que la Fédération revienne vers nous avec une proposition. Nous, on a fait la nôtre. Cinq semaines, cinq matches. Je pense que la Fédération va revenir vers nous, car il y a deux choses à régler: le nombre de matches mais aussi la mise à disposition. Le nombre de matches ne règle pas le nombre de joueurs qui sont mis à disposition pendant les périodes internationales", a poursuivi le président de la LNR.

"Tout ça doit être négocié en fonction de la convention entre la FFR et la LNR. On attend donc que la Fédération revienne vers nous avec sa proposition et, à partir de là, nous négocierons, s'il y a lieu", a-t-il assuré.