REPORTAGE

À Beyrouth, les écoles détruites par la double explosion n'ouvriront pas à la rentrée

Une des écoles de Beyrouth après la double explosion du port.
Une des écoles de Beyrouth après la double explosion du port. © capture d'écran, France 24

À la rentrée, de nombreuses écoles de Beyrouth ne pourront pas ouvrir leurs portes, car trop endommagées par la double explosion survenue au port de la capitale libanaise. Alors que le pays fait face à la pire crise économique de son histoire, nos envoyés spéciaux ont visité des établissements dont la reconstruction n'a pas encore commencé.

Publicité

La rentrée scolaire approche à grands pas, mais plusieurs écoles de Beyrouth ne pourront pas ouvrir leurs portes. Détruites par la double explosion du port, elles ne sont pas une priorité dans un Liban en faillite.

L'Unesco tente de lever des fonds d'urgence pour financer l'éducation des élèves privés de classes et sa directrice, Audrey Azoulay, était sur place ce jeudi 27 août.

En tout, 85 000 élèves concernés

À quelques encablures du port de Beyrouth, l'école publique d'Ashrafiyé est l'une des plus touchées. Dans une salle de classe, les murs menacent de s'effondrer et la porte d'entrée n'a pas résisté au souffle de l'explosion.

Les 90 élèves de l'établissement devront suivre les cours en ligne : la plupart d'entre eux n'est pas équipée, mais la directrice Colette Khoury reste optimiste. "Beyrouth va renaître de nouveau", confie-t-elle à France 24. Par manque d'enseignants et de moyens, cinq classes de cet établissement ont fermé ces deux dernières années.

En tout, 85 000 élèves ne pourront probablement pas reprendre le chemin de l'école en septembre.

Cliquez sur le lecteur ci-dessus pour regarder ce reportage exclusif de nos envoyés à Beyrouth.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine