Tennis/Cincinnati: Osaka se retire, le tournoi fait une pause

Publicité

New York (AFP)

Évènements inédits hors des courts mercredi à Flushing Meadows: dans le sillage de Naomi Osaka, qui s'est retirée du tableau pour protester contre les tirs de la police sur Jacob Blake, le tournoi de Cincinnati a reporté les matches de jeudi à vendredi.

Le programme suivait paisiblement son cours dans la bulle new-yorkaise - Novak Djokovic continuant notamment sa promenade de santé vers les demi-finales -, quand Osaka a créé la stupeur en annonçant qu'elle ne jouerait pas sa demie jeudi.

Sur quoi une poignée d'heures plus tard, la Fédération américaine de tennis (USTA) a, dans un même élan, décidé d'observer une pause.

"En tant que sport, le tennis prend collectivement une position contre l'inégalité raciale et l'injustice sociale qui une fois de plus ont été mises au premier plan aux Etats-Unis. L'USTA, les circuits ATP et WTA ont décidé de reconnaître ce moment en interrompant le jeu jeudi. Il reprendra vendredi", a-t-elle dit.

"En tant que femme noire, j'ai l'impression qu'il y a des questions beaucoup plus importantes qui nécessitent une attention immédiate, plutôt que de me regarder jouer au tennis", avait de son côté justifié Osaka, née de mère japonaise et de père haïtien, et qui a souvent pris la parole ces derniers mois pour dénoncer l'injustice raciale.

- "Engager une discussion" -

"Je ne m'attends pas à ce que quelque chose de radical se produise si je ne joue pas, mais si je peux engager une discussion dans un sport majoritairement blanc, je considère que c'est un pas dans la bonne direction", a-t-elle ajouté.

Osaka, qui a pris sa décision après que les basketteurs des Milwaukee Bucks ont boycotté leur match de play-offs NBA contre le Magic d'Orlando, devait affronter la Belge Elise Mertens pour une place en finale.

Le report des matches ne dit pas si cela est de nature à la réintégrer dans le tournoi, si tel devait être son souhait. Interrogée par l'AFP, l'USTA n'avait pas donné de réponse dans l'immédiat.

En attendant, ce n'est donc que vendredi que se disputera au moins sûrement une des deux demi-finales, entre la Britannique Johanna Konta et la Bélarusse Veronika Azarenka, qui ont respectivement battu la Grecque Maria Sakkari (6-4, 6-3) et la Tunisienne Ons Jabber (7-6, 6-2).

Djokovic, lui, aura en travers de sa route de grand favori Roberto Bautista Agut, qui a sorti le tenant du titre Daniil Medvedev en trois manches (1-6, 6-4, 6-3).

Mercredi, le Serbe N.1 mondial a disposé aisément de l'Allemand Jan-Lennard Struff (6-3, 6-1), pour atteindre les demies de ce Masters 1000 pour la huitième fois de sa carrière, mais où il n'a inscrit qu'une seule fois son nom au palmarès en six finales disputées.

- "Tout va bien" -

Il est à peine resté plus d'une heure sur le Grandstand, ne cédant que quatre jeux face à l'Allemand Stuff, 34e joueur mondial.

"C'était très bien. J'ai vraiment joué de façon agressive dès que j'en avais la possibilité et j'ai pu lâcher mes coups", s'est réjoui Djokovic.

Ses douleurs au cou, ressenties lors de ses premiers entraînements à New York semblent s'éloigner. "Ce n'est plus un souci. Je ne suis pas encore à 100%, mais je m'en rapproche. Je peux servir normalement sur seconde balle, donc tout va bien pour le moment", a rassuré le lauréat de 17 titres du Grand Chelem.

Djokovic est plus que jamais le grand favori du tournoi - et de l'US Open - , en l'absence notable de Rafael Nadal, qui n'a pas fait le déplacement aux Etats-Unis en raison de la situation sanitaire, et de Roger Federer, convalescent (genou).

Le Serbe qui convoite un 35e titre en Masters 1000, autant que Nadal, se méfie néanmoins de Bautista-Agut (12e) qui l'a battu lors de leurs deux dernières confrontations sur ciment.

Dans l'autre partie de tableau, Stefanos Tsitsipas (N.6 mondial), qui a profité de l'abandon de l'Américain Reilly Opelka (N.39), affrontera le Canadien Milos Raonic (N.30) vainqueur du dernier quart contre le Serbe Filip Krajinovic 4-6, 7-6 (7/2), 7-5.