Covid-19 : les Parisiens doivent désormais sortir masqués, cyclistes et joggeurs sont dispensés

Des jeunes Parisiens sur les Champs-Élysées, le 27 août 2020.
Des jeunes Parisiens sur les Champs-Élysées, le 27 août 2020. © Ludovic Marin, AFP

Devant la recrudescence du Covid -19, la France rend le port du masque obligatoire partout dans sa capitale et sa petite couronne à partir de vendredi matin. Sont dispensés par cette mesure les joggeurs et les cyclistes, a précisé dans la matinée la préfecture de police.

Publicité

Dès 8 heures, vendredi 28 août, le port du masque sera de rigueur dans toutes les rues de Paris et dans les trois départements limitrophes. La mesure annoncée jeudi par la préfecture de police de Paris concerne "tous les piétons circulant dans les espaces publics".  En revanche, elle ne s'applique pas "aux personnes faisant de la course à pied et à vélo", précise la préfecture de police de Paris ce matin, contrairement à ce qui avait été annoncé la veille. Le non-respect  entraînerait une amende de 135 euros.

"S'agissant des personnes exerçant une activité physique au titre de la course à pied ou du vélo, le port du masque ne sera pas exigé", écrit la préfecture de police dans un communiqué. Les enfants de moins de 11 ans ne sont pas tenus non plus de porter le masque dans les départements de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne

La veille, le Premier ministre Jean Castex "a demandé au préfet de police d'étendre, en concertation avec les élus concernés, l'obligation de porter le masque dans la totalité de l'espace public à Paris et sur l'ensemble des trois départements de la petite couronne : la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne", a indiqué la préfecture de police dans un communiqué.

>> À lire aussi sur France24.com : En Europe, un mouvement anti-masque alimenté par un "imaginaire anti-système"

"Ça prendra quelques jours" pour entrer dans les habitudes

L'adjointe à la Mairie de Paris Anne Souyris, qui avait la première annoncé cette généralisation du port du masque dans Paris, a laissé entendre qu'il pourrait ponctuellement y avoir une période de tolérance dans les premiers temps.

"Ça prendra quelques jours" pour entrer dans les habitudes et "au départ la verbalisation n'est pas d'actualité", a-t-elle avancé. Mais la préfecture a bien martelé dans son communiqué que les services de l'État seraient "mobilisés afin de faire respecter cette obligation", passible de 135 euros d'amende en cas de contravention.

Le Premier ministre Jean Castex avait annoncé jeudi matin une généralisation imminente du port du masque à Paris, mais sans donner de date plus précise.

"Au moment où Paris se remplit" puisque "les familles rentrent", "cela a un sens que de prendre de nouvelles habitudes", avait souligné Mme Souyris.

"La dégradation de la situation sanitaire, avec une circulation active du virus dans l'agglomération parisienne, qui tend à s'accélérer, conduit le préfet de police [de Paris] et les préfets de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne, à prendre cette mesure forte, dans l'intérêt général", a de son côté estimé la préfecture.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine