Emmanuel Macron de retour au Liban pour accentuer la pression sur ses dirigeants

Emmanuel Macron, le 6 août 2020, à Beyrouth au Liban.
Emmanuel Macron, le 6 août 2020, à Beyrouth au Liban. © AFP

Le président français se rend au Liban lundi soir pour une visite de 24 heures. Une visite durant laquelle il pressera les dirigeants libanais de mettre sur pied un gouvernement d’union pour réaliser des réformes structurelles jugées nécessaires par Paris.

Publicité

Près d’un mois après l’explosion qui a dévasté Beyrouth, Emmanuel Macron se rend de nouveau au Liban, mardi 1er septembre, pour accentuer un peu plus la pression envers les dirigeants libanais, qu’il exhorte à mettre sur pied un gouvernement d’union ainsi qu’un programme de réformes.

"Emmanuel Macron fera tout ce qu'il faut et mettra la pression pour que le programme de réformes au Liban soit mis en œuvre", a déclaré, vendredi 28 août, une source élyséenne à Reuters.

Lors de sa première visite, le 6 août, le président français avait condamné, en répondant à des Libanais lors d’une déambulation dans les rues, la corruption des dirigeants du pays du Cèdre. "Je comprends votre colère. Je ne suis pas là pour cautionner le régime. Je suis là pour vous aider en tant que peuple. Je vous garantis que cette aide n’ira pas dans les mains de la corruption", avait-il lâché.

>> À lire : Aide humanitaire, corruption, appel au "changement"... Ce qu'Emmanuel Macron a dit à Beyrouth

Depuis, face à la colère de la rue, qui prend la classe politique pour responsable de l'explosion, le gouvernement de Hassan Diab a démissionné le 10 août. Mais il a fallu attendre trois semaines pour que les consultations parlementaires, devant aboutir à la désignation d’un nouveau Premier ministre, finissent par être organisées lundi 31 août.

La visite du président français à Beyrouth a été précédée de plusieurs messages envoyés par Paris. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a ainsi mis en garde les dirigeants libanais, jeudi 27 août, sur RTL. "Le risque aujourd'hui, c'est la disparition du Liban. Donc, il faut que ces mesures soient prises", a-t-il martelé.

"Ce pays est au bord du gouffre. Il y a la moitié de la population qui vit au-dessous du seuil de pauvreté, il y a une jeunesse désemparée, il y a une situation du chômage qui est épouvantable, une inflation qui est ahurissante", a-t-il énuméré.

Une liste des réformes à mener transmise à Beyrouth

La France a coorganisé avec l'ONU une conférence internationale en visioconférence, le 9 août. Les participants se sont engagés pour une aide de 250 millions d'euros, dont 30 millions de la part de Paris.

Mais l'Hexagone n’entend pas "signer de chèque en blanc" au Liban, comme l'a déclaré Emmanuel Macron le 6 août à Beyrouth et comme l’a redit jeudi Jean-Yves Le Drian. L’ambassadeur français au Liban a donc fait parvenir au président libanais, Michel Aoun, et au président de la Chambre des députés, Nabih Berri, un document listant des mesures à prendre pour l’avenir du pays.

Ce texte de deux pages évoque notamment un audit de la banque centrale, la nomination d’un gouvernement provisoire en mesure de mettre en œuvre en urgence des réformes et des élections législatives anticipées dans un délai d'un an.

>> À voir sur France24.com : "À Beyrouth, les écoles détruites par la double explosion n'ouvriront pas à la rentrée"

Ce document "reprend l'essentiel des propositions qui étaient déjà faites dans le cadre de la conférence Cèdre et du Groupe international de soutien au Liban du 11 décembre 2019", a commenté auprès de Reuters une source à la présidence de la République française. "Ce document renouvelle la disponibilité de la France à soutenir le Liban dans ce cadre. Ce n'est nullement une feuille de route, c’est informel."

Alors que l'État libanais est en défaut sur sa dette et que la livre chute depuis des mois, le gouvernement libanais n'est pas parvenu à conclure un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) malgré des mois de discussions, en raison notamment de désaccords sur les réformes et sur l'ampleur des pertes à faire assumer au secteur bancaire.

"La priorité doit aller à la formation rapide d’un gouvernement pour éviter un vide du pouvoir qui laisserait le Liban s'enfoncer davantage dans la crise", peut-on lire dans le document.

Il cite quatre domaines nécessitant des mesures d’urgence : l'aide humanitaire et la réponse à la pandémie de Covid-19 ; la reconstruction après la catastrophe du 4 août ; les réformes politiques et économiques et enfin des élections législatives anticipées.

Un processus complexe pour désigner le Premier ministre

Mais la situation politique libanaise est des plus complexes. Emmanuel Macron a évoqué, vendredi 28 août, les "contraintes d'un système confessionnel" qui, "ajoutées – pour parler pudiquement – aux intérêts liés", ont conduit "à une situation où il n'y a quasiment plus de renouvellement [politique] et où il y a quasiment une impossibilité de mener des réformes".

>> À voir sur France 24 : "L'ENTRETIEN - Rémy Rioux : 'Au Liban, le système politique est bloqué et ne parvient pas à sortir du court terme'"

Depuis, le puissant Hezbollah s'est dit disposé à discuter d'un nouveau "pacte politique" au Liban et les principaux blocs parlementaires, qui se succèdent au palais présidentiel depuis lundi matin, se sont accordés dimanche soir sur le nom de Moustapha Adib pour occuper le poste de Premier ministre.

Professeur d'université de 48 ans, ambassadeur du Liban en Allemagne depuis 2013, ce dernier a été choisi par les poids lourds de la communauté sunnite, dont le chef du gouvernement doit être issu. La présidence va, elle, à un chrétien maronite et la présidence du Parlement à un musulman chiite.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine