Ligue 1: un bijou de Camavinga et un succès pour Rennes

Rennes (AFP)

Publicité

Eduardo Camavinga a célébré sa première convocation en équipe de France en se montrant à nouveau décisif pour la victoire de Rennes samedi contre Montpellier (2-1), à l'issue d'un match terminé à 10 contre 10, comme la semaine dernière à Lille.

Un une-deux avec Faitout Maouassa, une accélération, une feinte de corps et un tir croisé imparable: en une occasion de classe contre Montpellier, Camavinga a montré pourquoi Didier Deschamps l'avait inscrit pour la première fois sur sa liste de Bleus. De bon augure pour le Rennais qui peut devenir le premier Bleu de moins de 18 ans, s'il rentre en jeu contre la Suède ou la Croatie.

Pour les retrouvailles avec leur public -certes clairsemé et privé de ses traditionnelles galettes-saucisses en raison des mesures sanitaires-, les Rennais se sont montrés dominateurs mais ont peiné à concrétiser leurs occasions, avant l'exploit individuel de leur pépite.

A l'entame du match, les joueurs de Montpellier, qui retrouvaient la compétition samedi après l'avoir abandonnée sur une cuisante défaite 5-0 en mars sur cette même pelouse, ont semblé vouloir laver l'affront, en se montrant les plus entreprenants.

Mais après une préparation perturbée par des cas de coronavirus et un premier match contre Lyon reporté pour cause de Ligue des champions, ils étaient diminués par des blessures et l'absence de leur attaquant Andy Delort, touché par le Covid-19.

Comble du sort, c'est Damien Le Tallec, formé à Rennes, qui a ouvert le score en repoussant dans ses propres filets un centre de Raphinha, après un festival de l'insaisissable ailier brésilien (1-0, 21e).

- Mollet et Terrier voient rouge -

Les occasions rennaises ont alors commencé à pleuvoir, avec une frappe sur le poteau d'Adrien Hunou, lancé par l'impeccable Steven Nzonzi (32e), une tête juste à côté du cadre du capitaine Damien Da Silva (34e) et un nouveau tir d'Hunou dévié sur sa transversale par Jonas Omnin, le nouveau gardien suisse de Montpellier.

Les Rennais ont ensuite accru leur domination, aidés par l'exclusion de Florian Mollet en fin de première période pour un coup de crampon involontaire sur la tête de Maouassa, rappelant fortement le geste qui avait valu un carton rouge et trois matches de suspension à Sacha Boey la semaine dernière contre Lille.

Mais cette domination est restée stérile, à l'image d'une phase d'attaque à quatre contre trois qui a échoué sur une frappe ratée de Serhou Guirassy, arrivé jeudi d'Amiens et entré un peu après l'heure de jeu (69e).

Illustration de la fébrilité grandissante au sein des Rouge et Noir, Martin Terrier a été exclu à son tour à vingt minutes de la fin du match pour un tacle par-derrière. Dans la foulée, une tête de Le Tallec est passée juste à côté du cadre rennais...

En revanche, pas une once de fébrilité pour le jeune Camavinga quand il s'est joué des défenseurs montpelliérains dans la surface pour aller glisser la balle le long du poteau opposé (2-0, 76e).

Et même si Gaëtan Laborde a réduit le score dans les arrêts de jeu d'une tête puissante, malgré sa fracture du nez en début de semaine à l'entraînement (2-1, 92e+2), c'est surtout une standing ovation du Roazhon Park, pour son chouchou de 17 ans, qui a clôturé cette soirée réussie pour les Bretons.