TDF 2020

Tour de France : une première étape mouvementée remportée par le Norvégien Alexander Kristoff

Le Norvégien Alexander Kristoff savoure sa victoire à Nice, le 29 août 2020.
Le Norvégien Alexander Kristoff savoure sa victoire à Nice, le 29 août 2020. AFP - THIBAULT CAMUS

Décalé en raison de la pandémie de Covid-19, le Tour de France a bien débuté samedi à Nice. Le Norvégien Alexander Kristoff a remporté la première étape, marquée par de nombreuses chutes, et endossé du même coup le premier maillot jaune.

Publicité

Le Norvégien Alexander Kristoff (UAE Emirates) a gagné au sprint samedi 29 août, à Nice, la première étape du Tour de France, émaillée par une succession de chutes sur une route très glissante.

Le coureur de 33 ans a endossé le premier maillot jaune de cette édition qui s'est élancée dans un contexte sanitaire pesant, avec masque obligatoire et restriction d'accès pour le public.

Une patinoire

La pluie a transformé la route en patinoire par endroits et a provoqué maintes chutes ou glissades sur la chaussée très grasse, surtout après la longue période sèche de l'été sur la Côte d'Azur.

Le Français Thibaut Pinot, parmi les favoris de l'épreuve, a notamment été pris dans une chute massive survenue à moins de 3 kilomètres de la ligne d'arrivée. Le maillot déchiré au niveau de l'épaule droite laissant voir quelques contusions, il a rallié l'arrivée avec ses équipiers, sans perte de temps mais le visage sombre. Les chronos ont en effet été neutralisés au passage des trois derniers kilomètres, suivant une décision du jury qui a accédé à la demande des coureurs mis en garde par des chutes lors des deux premiers passages sur la Promenade des Anglais.

Une étape qui va laisser des traces

Derrière l'échappée de trois coureurs (Gautier, Grellier, Schär) formée dès le début de course, le peloton a roulé sur des œufs. Plusieurs leaders d'équipes se sont retrouvés pris dans des chutes, notamment Julian Alaphilippe, l'Australien Richie Porte et le Colombien Nairo Quintana, sans trop de gravité apparente. En revanche, Pavel Sivakov, l'un des lieutenants en montagne du vainqueur sortant Egan Bernal, a chuté à deux reprises pour sa découverte du Tour. Touché des deux côtés, coudes ensanglantés, le jeune Russe a navigué à l'arrière de la course.

Après la fin de l'échappée, le peloton, incité à la prudence par toutes ces mésaventures, a observé une trêve à l'entrée des 60 derniers kilomètres alors que plusieurs sprinteurs (Nizzolo et, plus loin derrière, Ewan) étaient distancés.

Cette neutralisation de fait, avec plusieurs coureurs en première ligne et l'Allemand Tony Martin en meneur de l'opération, a failli être interrompue par l'équipe Astana à 46 kilomètres de l'arrivée qui a commencé à accélérer dans une descente. Quelques virages plus loin, la chute de son leader, le Colombien Miguel Angel Lopez, qui a fait une sortie de route et heurté un panneau de signalisation, a mis fin à ce coup d'audace.

Malgré le ralentissement général au sein d'un peloton détendu, le Néo-Zélandais George Bennett, un des coéquipiers du Slovène Primoz Roglic, a chuté lui aussi dans la dernière descente et a été touché à une épaule.

Cette drôle d'étape s'est dénouée dans les 20 derniers kilomètres, après une tentative de Benoît Cosnefroy. Au sprint, Alexander Kristoff a devancé nettement le champion du monde, le Danois Mads Pedersen, et le Néerlandais Cees Bol, pour enlever son quatrième succès d'étape dans le Tour. Il a revêtu le premier maillot jaune à la veille des premiers cols du Tour dans l'arrière-pays niçois.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine