Deux membres de la famille royale saoudienne écartés pour des soupçons de corruption

Le roi Salmane photographié, le 10 décembre 2019, lors du 40e sommet du Conseil de coopération du Golfe à Riyad, en Arabie saoudite.
Le roi Salmane photographié, le 10 décembre 2019, lors du 40e sommet du Conseil de coopération du Golfe à Riyad, en Arabie saoudite. © Amr Nabil, AP (archives)

Soupçonnés de corruption, deux membres de la famille royale ont été limogés du ministère saoudien de la Défense par le roi Salmane, selon un décret publié mardi et relayé par la presse officielle.

Publicité

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a limogé deux membres de la famille royale et les a désignés aux côtés de quatre autres officiers de l'armée comme des cibles d'une enquête pour corruption du ministère de la Défense, dans un décret royal publié mardi 1er septembre et relayé par la presse officielle.

D'après le décret, le prince Fahd ben Turki ben Abdoulaziz Al Saoud est démis de ses fonctions de commandant des forces conjointes de la coalition saoudienne, qui intervient au Yémen. Son fils, le prince Abdoulaziz ben Fahd, a été relevé de son poste de gouverneur adjoint de la région Al Jouf.

La décision est basée sur une missive adressée par le prince héritier Mohammed ben Salmane à la commission anti-corruption pour demander à celle-ci d'enquêter sur "des transactions financières suspicieuses au ministère de la Défense", indique le document royal.

Après avoir été désigné héritier du trône en 2017, Mohammed ben Salmane, dit "MBS", a lancé une vaste campagne anti-corruption qui a vu un grand nombre de membres de la famille royale, de ministres et d'hommes d'affaires être détenus à l'hôtel Ritz-Carlton de Riyad. La plupart d'entre eux ont été libérés après avoir conclu des accords avec le royaume wahhabite dont les termes n'ont pas été communiqués.

Avec Reuters

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine