Top 14: Montpellier veut "remporter le championnat", assure Pollard

Paris (AFP)

Publicité

Seulement 8e au moment du gel de la saison, Montpellier lance le Top 14, vendredi, face à Pau, avec ambition: "Le but, c'est de remporter" le championnat, promet l'ouvreur sud-africain champion du monde Handré Pollard.

Q: Vous n'avez joué qu'un seul de match de préparation, ce n'est pas un peu trop juste avant de reprendre le Top 14?

R: "Je ne suis pas trop inquiet. J'aurais aimé jouer contre Toulouse le week-end dernier, ça aurait été parfait pour voir où nous en sommes en tant qu'équipe. Mais c'est notre nouvelle réalité: des matches vont être annulés. Il faut être prêt mentalement. On ne peut pas faire plus physiquement: on est en forme, on est costauds et on est prêts."

Q: Quel est l'objectif, pour le MHR, cette saison?

R: "Le but, c'est de remporter le Top 14. On a beaucoup de nouveaux joueurs, un nouveau staff... C'est excitant, c'est génial. Le groupe est très positif et on a une bonne énergie. Il faut qu'on se rassemble: si on arrive à jouer ensemble et qu'on se régale, parce que la saison est longue, on a suffisamment de talent pour rivaliser et, éventuellement, gagner le Top 14. Pour l'heure, on va juste se concentrer sur les deux premiers matches avant la coupure due aux Coupes d'Europe."

Q: Cette saison, plus encore que d'habitude, l'esprit d'équipe risque d'être essentiel.

R: "C'est très important de se sentir bien dans un groupe. Ces dernières années, Montpellier avait un groupe très international, avec des joueurs étrangers et un staff international. Avec Xavier Garbajosa et Philippe Saint-André, et les joueurs qu'ils ont fait venir, c'est beaucoup plus "français". Pour nous, les Sud-Africains, c'est une bonne chose. Il faut juste qu'on s'adapte et qu'on passe plus de temps avec les Français: on apprend la langue, on a des cours... c'est important pour créer une relation."

Q: Donc le MHR n'est plus un club d'étrangers?

R: "Absolument. Il y a du changement dans les structures, les gens qui sont en place, dans le staff, le médical... tout. C'est beaucoup plus français qu'avant. Il y a encore beaucoup de Sud-Africains, évidemment, mais je sens que les étrangers font de leur mieux pour découvrir la culture française, apprendre la langue aussi rapidement que possible et s'adapter à la façon de faire. Et c'est normal."

Q: Un mot sur votre coéquipier de la charnière, qui est aussi votre compatriote, Cobus Reinach.

R: "C'est un joueur de rugby incroyable. C'est une super recrue. On avait déjà Benoît Paillaugue, qui est là depuis longtemps et qui est une légende du club, plus quelques jeunes, mais Cobus est un joueur de classe mondiale. Il l'a prouvé depuis un moment, notamment en Angleterre, où il a été désigné joueur de la saison. C'est un joueur vraiment excitant. Il va lui falloir du temps pour s'adapter à la façon de faire des Français. Moi-même, il m'avait fallu quelques matches. Il aura besoin de quelques semaines pour être confortable mais, une fois que ce sera fait, il va être une vraie force en plus pour nous et je suis vraiment content qu'il soit avec nous, plutôt que contre. C'est un très bon ami."

Q: Le style de jeu du MHR vous convient-il?

R: "C'est super excitant pour moi, qui viens d'un contexte très structuré, que ce soit aux Bulls ou avec les Springboks. On n'a pas trop cette mentalité offensive parce qu'on croit en ce qu'on fait et en notre jeu au pied. Xavier Garbajosa veut qu'on joue l'attaque et j'essaie de m'en imprégner autant que possible. Il m'apprend des choses et il arrive à faire ressortir le côté créatif de mon jeu. On a des arrières très mobiles et très rapides donc je dois essayer de leur créer un maximum d'espace. C'est excitant."

Propos recueillis en conférence de presse.