Accéder au contenu principal

Gérald Darmanin accusé de "trafic d'influence" : le parquet de Paris ne relance pas l'enquête

Gérald Darmanin au memorial de Douaumont le 29 juillet 2020.
Gérald Darmanin au memorial de Douaumont le 29 juillet 2020. JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN AFP
3 mn

L'enquête pour "trafic d'influence" contre le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin ne sera pas relancée, a annoncé le parquet de Paris. Le ministre reste toutefois visé par une information judiciaire pour viol.

Publicité

Le parquet de Paris a annoncé à l’AFP, mercredi 2 septembre, qu'il confirmait son classement sans suite d'une enquête visant le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, accusé d'avoir abusé de sa position d'élu en 2015 pour obtenir des relations sexuelles.

La plainte pour "abus de faiblesse" de cette habitante de Tourcoing, qui affirmait avoir été incitée à avoir une relation sexuelle avec Gérald Darmanin, alors maire de la ville, pour obtenir un logement et un emploi, avait été classée sans suite en mai 2018 par le parquet. Mais mi-juillet, l'association "Pourvoir féministe" avait demandé à la justice de réexaminer les faits, constitutifs selon elle d'un "trafic d’influence".

>> À lire : Derrière les polémiques, la stratégie droitière de Gérald Darmanin

Selon le parquet de Paris, le courrier de l'association portait toutefois sur les mêmes éléments déjà examinés par l'enquête préliminaire de 2018 et n'apportait pas d'éléments nouveaux de nature à remettre en cause la décision initiale.

"Le parquet de Paris nous a en effet indiqué que le classement sans suite était confirmé, aucune infraction n'ayant été commise", se sont félicités auprès de l'AFP les avocats du ministre de l'Intérieur, Mathias Chichportich et Pierre-Olivier Sur. "C'est ce que nous avions toujours dit et nous espérons que l'acharnement contre notre client va maintenant enfin cesser", ont ajouté les avocats du ministre.

"Cette affaire est close"

À l'époque du classement, le parquet avait toutefois expliqué que les investigations n'avaient "pas permis de caractériser dans tous ses éléments constitutifs une infraction pénale".

La plaignante n'avait pas formé de recours contre ce classement. En juillet sur Europe 1, un des avocats du ministre avait par ailleurs donné lecture d'un SMS de cette femme, qui aurait été envoyé au ministre lors de sa nomination au début du mois et dans lequel elle lui disait que, pour elle, "cette affaire était close".

>> À lire : Dupond-Moretti et Darmanin, deux nominations qui passent mal chez les féministes

"Pourvoir féministe", créée en juin, avait également adressé mi-juillet un courrier à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), afin de "l'alerter" sur une situation, qui pose un "réel conflit d'intérêts", selon sa présidente Anaïs Leleux.

Poids lourd du gouvernement, Gérald Darmanin fait en outre l'objet d'une information judiciaire pour des accusations de viol lancées en 2017. Dans cette autre affaire, la plainte avait aussi été classée sans suite au printemps 2018 par le parquet. Mais la procédure a été relancée début juin par la cour d'appel de Paris, qui a fait droit à la demande de la plaignante qu'un juge d'instruction reprenne les investigations.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.