Tour de France: le Covid plane, la caravane passe

Publicité

Privas (AFP)

Même réduite, même moins attendue au bord des routes qu'en juillet, la caravane du Tour de France a survécu au Covid-19 et avec elle les gendarmes qui dispensent les consignes de sécurité.

Sur les SUV bariolés mais bien siglés "gendarmerie", des panneaux électroniques rappellent "port du masque obligatoire" et "respectez les gestes barrières". Et Maxime, animateur de la voiture 2 de la caravane des gendarmes, le répète: "Dans le contexte sanitaire actuel, le port du masque est obligatoire sur cette étape comme sur les 21 du Tour".

Des consignes nouvelles, Covid-19 oblige, qui alternent avec les plus ou moins traditionnels "restez au bord de la route" et "ne traversez en aucun cas" ou encore le slogan inventé par Maxime, "n'allez pas tomber pour un porte-clés".

"C'est important, certains seraient prêts à se jeter sous un véhicule pour récupérer quelque chose", observe le militaire. Car ni la rentrée de septembre, ni la pandémie n'ont douché la flamme vivace pour les échantillons et 'goodies' sur les routes, garnies mercredi à Montélimar d'un public plutôt masqué.

Très à l'aise au micro, ce gendarme, détaché trois semaines sur le Tour, travaille d'ordinaire au PSIG de Dijon où il intervient surtout sur les flagrants délits, loin de l'animation sur fond sonore de Magic Systems, +Magic in the Air+, comme mercredi entre Gap et Privas.

- "Une autre relation avec le public" -

"Être en immersion trois semaines, c'est une expérience humaine extraordinaire et permet d'avoir une autre relation avec le public, apprécie-t-il. C'est une mission de prévention, communication".

Même sentiment pour Isabelle, le reste du temps motocycliste dans une brigade de l'Hérault, qui distribue mercredi des porte-clés: "Mon job c'est la répression d'habitude, ça fait du bien de trouver des gens contents".

Comme Maxime, elle a répondu à un appel à candidature en interne, passé une présélection et un entretien pour intégrer un des trois véhicules de la gendarmerie parmi les seulement 100 de la caravane publicitaire à défiler avant le peloton cette année.

Face à la crise sanitaire, ASO a réduit la voilure de près de 40% --il y en avait 160 l'an passé.

Plusieurs positions derrière les gendarmes dans le cortège, l'entreprise E.Leclerc, à contre-courant, a musclé cette année son dispositif, passé de 9 à 11 véhicules: plus de 10% du total de la caravane.

"On a souscrit un contrat d'au moins cinq ans, c'est pas pour tousser à la première alerte", lance à l'AFP Michel-Edouard Leclerc en visite sur le Tour à Nice ce week-end qui voit ce contexte inédit comme une façon de se démarquer.

"C'est souvent au moment de difficultés que les marques peuvent montrer leur investissement, engagement", estime +MEL+ qui compte "démontrer la capacité de Leclerc de ne pas être seulement publicitaire".

Même en pleine crise sanitaire, la caravane et le Tour restent un bon moyen de communication. Y compris pour les gendarmes, dans leur tenue dédiée --un polo turquoise-- à bord de leur SUV attrayant.

"Tout est mis en œuvre pour aller à la rencontre du public", reconnaît Maxime.