Sanctions américaines contre la CPI : Paris déplore une "attaque grave contre la Cour"

Jean-Yves Le Drian, à Beyrouth, le 23 juillet 2020.
Jean-Yves Le Drian, à Beyrouth, le 23 juillet 2020. © Aziz Taher, Reuters

Le ministre français des Affaires étrangères a estimé jeudi que les sanctions américaines contre la Cour pénale internationale annoncées la veille étaient "une attaque grave" et "une remise en cause du multilatéralisme et de l'indépendance de la justice".

Publicité

La France a vivement réagi, jeudi 3 septembre, aux sanctions américaines visant la procureure de la Cour pénale internationale (CPI). "Les mesures annoncées le 2 septembre représentent une attaque grave contre la Cour et les États parties au Statut de Rome et, au-delà, une remise en cause du multilatéralisme et de l'indépendance de la justice", a estimé le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui a appelé Washington à les "retirer".

"La France réaffirme son soutien sans faille à la Cour pénale internationale et à ses personnels, ainsi qu'à l'indépendance de la justice", a souligné Jean-Yves Le Drian. Elle continuera à "se mobiliser pour que la Cour soit en mesure de remplir sa mission de manière indépendante et impartiale, conformément au Statut de Rome", a-t-il ajouté.

L'Union européenne "se tient au côté" de la CPI et est "fermement opposée à toutes les tentatives de saper le système international de justice pénale", a également déclaré jeudi un porte-parole de la Commission.

Une enquête sur des exactions américaines en Afghanistan

À deux mois de la présidentielle aux États-Unis, l'administration de Donald Trump a annoncé mercredi des sanctions économiques inédites contre la procureure de la CPI, Fatou Bensouda. Donald Trump avait autorisé en juin ces sanctions pour dissuader la juridiction de poursuivre des militaires américains pour leur implication dans le conflit en Afghanistan.

La CPI avait pris la décision en mars d'autoriser l'ouverture d'une enquête pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité en Afghanistan, et l'enquête souhaitée par la procureure Fatou Bensouda vise notamment des exactions qui auraient été commises par des soldats américains. Des allégations de torture ont également été formulées à l'encontre de la CIA.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine