Accéder au contenu principal

Stade Français: "Trois cas, ça va super vite", estime Quesada

L'entraîneur du Stade Français, Gonzalo Quesada, en conférence de presse au stade Jean-Bouin, à Paris, le 30 juin 2020
L'entraîneur du Stade Français, Gonzalo Quesada, en conférence de presse au stade Jean-Bouin, à Paris, le 30 juin 2020 STEPHANE DE SAKUTIN AFP/Archives
4 mn
Publicité

Paris (AFP)

Gonzalo Quesada, l'entraîneur du Stade Français, dont le premier match de Top 14 contre Bordeaux-Bègles a été reporté faute de joueurs de première ligne valides, a estimé jeudi que le protocole sanitaire mis en place risque d'être "difficile" pour les clubs durant l'hiver.

Le seuil de trois joueurs contaminés, à partir duquel un match est reporté automatiquement, peut être atteint "super vite", a-t-il souligné.

Q: Comment vont les joueurs et avez-vous des craintes d'être en retard physiquement par rapport aux autres équipes?

R: "Au niveau de leur santé tout va bien. Les derniers examens sont complètement rassurants, on sait qu'ils n'auront pas de risque au niveau pulmonaire. Après, c'est sûr qu'ils n'ont pas la forme qu'ils avaient il y a un mois, mais on se fait confiance pour récupérer assez vite. On espère les avoir plutôt en forme pour aller à Castres (le 13 septembre), même si ça va être un peu juste. Ceux qui ne postulent pas pour Castres sont tous des blessés depuis un moment, ou ils se ont eu des blessures pendant la pré-saison. Evidemment, si on avait pu faire les trois dernières semaines ou derniers mois en condition normale, avec deux matches de préparation, on serait arrivé en meilleure condition".

Q: Bordeaux-Bègles n'est pas forcément ravi de voir ce match reporté. Que répondez vous ?

R: "Je comprends la frustration des Bordelais. Je pense que Laurent (Marti, le président de l'UBB) n'a pas la bonne information, pas la vraie version de ce qu'on a traversé pendant presque un mois. On est des compétiteurs mais on a dû se rendre à l'évidence... Il y a des joueurs qui sont plus qu'à l'arrêt. Il y en a qui ont passé des moments durs, qui se sont +désentraînés+ complètement, et qui ont repris lundi. C'était presque 85% de notre première ligne qui était touchée, les faire reprendre dans le groupe lundi pour attaquer le Top 14 sans aucun match, sans aucun entraînement… Ceux qui pensent qu'on a fait des erreurs en allant à Nice (pour la préparation), qu'ils soient vraiment rassurés, on est les premiers punis".

Q: Pensez-vous que l'équité sportive sera respectée cette saison ?

R: "Je ne veux pas faire de polémique, mais à partir du moment où tu es dans un championnat où les matchs internationaux se jouent en même temps que le Top 14, et quand tu as de bons joueurs, des fois tu les as et des fois tu ne les as pas, l'équité est déjà +limite+. Ce qui va être un peu délicat, c'est que les équipes vont être prêtes à jouer, vont avoir quelques cas (de Covid-19), et trois cas ça va super vite. Dès qu'on a un cas qui est en période d'incubation, qu'on ne voit pas et que d'un coup il partage un peu avec les gens de l'équipe et du staff, ça se transforme en deux, trois super vite. J'ai peur que ce protocole de trois cas positifs pour reporter un match, cela soit difficile quand l'hiver arrivera. On nous a déjà dit qu'on n'est pas sorti de l'auberge parce que ce n'est pas sûr que tous ceux qui l'ont eu soient immunisés".

Propos recueillis en conférence de presse

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.