Accéder au contenu principal

US Open: la joie et le jeu retrouvés de Caroline Garcia

4 mn
Publicité

New York (AFP)

Caroline Garcia a retrouvé son physique, son tennis, sa confiance et la joie de gagner, avec une performance majuscule mercredi au 2e tour de l'US Open face à la tête de série N.1 Karolina Pliskova, qui n'a fait qu'aiguiser son appétit.

Dans le contexte pesant de la bulle sanitaire de Flushing Meadows, le sourire radieux qui illuminait de nouveau, après des mois de soupe à la grimace, le visage de la Lyonnaise, était rafraichissant.

"Je me suis sentie super bien sur le court, pleine d'énergie, je savais que je pouvais lui poser des problèmes (...) Ca fait partie des très, très bonnes victoires. C'est vraiment un match important qui donne vraiment confiance. Et surtout, j'ai pris vachement de plaisir à jouer dans les moments où ça allait bien et dans les moments plus durs", a-t-elle souligné.

"Ca ne s'est pas joué à grand chose, mais mentalement j'étais là et j'ai cru en mes chances", a ajouté la 50e mondiale.

Mais pas question de se laisser enivrer par cette formidable victoire 6-1, 7-6 (7/2) contre la 3e mondiale, son premier succès contre un membre du Top 10 mondial dans un match du Grand Chelem.

"Une victoire, ça rend toujours heureux. Là, un peu plus parce que c'est contre une top joueuse, mais quand j'ai gagné mon premier match lundi, j'étais super contente aussi", a-t-elle souligné.

- "Lente et molle" -

Il faut dire que, physiquement incapable de mettre en place son jeu depuis des mois, Garcia a enchaîné des déconvenues qui l'ont faite redescendre de sa 4e place au classement WTA atteinte en 2018.

Durant cette période, elle a quand même participé à la victoire de la France en Fed Cup en 2019. Si, en finale en Australie, elle a été balayée lors de son simple contre Ashleigh Barty (6-0, 6-0), avant de faire équipe avec Kristina Mladenovic pour remporter le double décisif, elle avait porté l'équipe lors des tours précédents.

Mais, "en fin d'année dernière j'étais devenue lente et molle", avait-elle lâché en janvier après son élimination au 2e tour de l'Open d'Australie, expliquant de façon évasive que le travail sur son physique était "en cours".

De retour de Melbourne, elle est allée poser ses valises à l'Académie Rafael Nadal à Majorque où elle a passé le confinement. Durant les semaines sans tennis, elle y a monté et descendu des escaliers... Et y a repris sa préparation tennistique dès que la reprise du jeu a été autorisée.

- "Le kiff" de l'avion -

Alors mercredi, elle savourait. "La façon dont j'ai joué m'a plu aussi car ça veut dire que le travail ne paie pas toujours tout de suite, mais qu'il faut continuer d'y croire. Ca m'a donné confiance dans le fait que si je continue de travailler dur, de croire en moi, les choses peuvent tourner dans la bonne direction pour moi et m'amener à mon rêve de gagner un tournoi."

Elle a gagné sept titres dans sa carrière, le dernier en 2019 à Nottingham, sur dur.

Un déclic semble donc s'être produit dans sa tête et, désormais, ses adversaires savent que la Caroline Garcia de 2018 pourrait bien être sur le chemin du retour vers le plus haut niveau.

"Il y a des filles qui jouent bien au tennis et Garcia en fait partie", a affirmé Pliskova après sa défaite.

La prochaine qui tâtera de la balle explosive de la Française sera l'Américaine Jennifer Brady (41e), vendredi au 3e tour.

Garcia n'a jamais atteint les 8es de finale de l'US Open, et sa motivation en sera donc d'autant plus grande.

Avec le physique, le tennis et la joie de la victoire est revenu le "kiff" de célébration de Garcia: faire l'avion sur le court. Jusqu'où va-t-elle s'envoler ?

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.