Accéder au contenu principal

Wall Street hésite après les chiffres de l'emploi américain

Un drapeau américain flotte devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 31 août 2020
Un drapeau américain flotte devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 31 août 2020 Angela Weiss AFP/Archives
3 mn
Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé vendredi peu après l'ouverture, se réjouissant d'un taux de chômage plus faible que prévu aux Etats-Unis mais restant sous le coup de sa lourde chute de la veille.

Vers 13H55 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, progressait de 0,24% à 28.360,23 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 1,76% à 11.256,86 points et l'indice élargi S&P 500 cédait 0,54% à 3.436,45 points.

Wall Street avait sombré jeudi à la clôture et connu sa pire séance depuis juin, marquant un brutal coup d'arrêt après avoir démarré le mois de septembre sur les chapeaux de roue: le Dow Jones s'était enfoncé de 2,78% et le Nasdaq de 4,96%.

Le taux de chômage aux Etats-Unis est tombé à 8,4% en août, repassant sous les 10% pour la première fois depuis avril et diminuant bien plus que prévu par rapport à juillet, a annoncé vendredi le département du Travail.

Les analystes tablaient en effet sur 9,8%. En juillet, le chômage était de 10,2%.

Par ailleurs, l'économie américaine a créé 1,4 million d'emplois en août, en ligne avec les attentes.

Ces chiffres restent toutefois loin du niveau d'avant la pandémie, l'économie américaine comptant en août 11,5 millions d'emplois de moins qu'en février.

Pour JJ Kinahan, responsable de la stratégie marchés pour TD Ameritrade, les données de jeudi "semblent apporter un soutien initial aux principaux indices."

"Il est possible qu'une partie des lourdes pertes d'hier ait reflété les craintes de mauvais chiffres", poursuit l'expert.

Toutefois, les grandes valeurs technologiques, déjà mises à mal par la dégringolade de jeudi, continuaient de baisser, ce qui pesait particulièrement sur le Nasdaq: Apple perdait 3,49%, Facebook 3,18%, Microsoft 2,04% et Alphabet (la maison mère de Google et YouTube) 2,31%.

"La question qui se pose c'est de savoir si la Bourse peut repartir de l'avant ou si les géants boursiers, moteurs de croissance et de dynamisme, vont à nouveau rencontrer des problèmes et faire baisser l'ensemble du marché", s'interroge Patrick O'Hare de Briefing.com.

Les investisseurs se préparaient par ailleurs à un long week-end de trois jours aux Etats-Unis, les principaux marchés financiers étant fermés lundi en raison de Labor Day.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine, progressait à 0,6755% contre 0,6347% jeudi soir.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.