Top 14: le Racing sur de bons rails

Publicité

Lyon (AFP)

Un gros coup. Le Racing 92, mené à la mi-temps, a réussi à inverser la tendance pour s'imposer devant Lyon (27-23) et lancer idéalement sa saison, samedi, lors de la 1re journée de Top 14.

Déjà vainqueur du LOU à Bourgoin-Jallieu (35-26), le 21 août, en amical, le club francilien a réédité sa performance et a, du même coup, mis un terme à une série de quatorze victoires consécutives des Lyonnais dans leur stade, leur dernière défaite datant du 2 mars 2019 contre Castres (25-13).

Lyon, encore perturbé dans la semaine par un nouveau cas de Covid-19 positif, gêné dans sa préparation et privé notamment de son capitaine et demi de mêlée, Baptiste Couilloud, peut se mordre les doigts. Même le point de bonus défensif ne devrait pas consoler Pierre Mignoni et ses hommes.

De son côté, le Racing a pu compter notamment sur son demi de mêlée Maxime Machenaud, excellent face aux perches (4/4), à la baguette, et également auteur d'un sauvetage décisif devant les centres lyonnais, Josh Tuisova et Pierre-Louis Barassi (24).

Plus disciplinés, les Racingmen ont également paru plus frais et plus dynamiques physiquement en seconde période. Ils y ont fait la différence dans le premier quart d'heure au cours duquel ils ont inscrit deux essais par l'ailier Louis Dupichot (47) et l'ouvreur Finn Russell (57) pour creuser l'écart au tableau d'affichage (27-16).

En première période, ils avaient bénéficié d'un cafouillage pour inscrire un essai opportuniste par l'ailier argentin Juan Imhoff: Russell est venu contrer l'arrière Clément Laporte, puis Noa Nakaitaci n'est pas parvenu à se saisir de la balle au sol et le trois-quart francilien n'a plus eu qu'à se baisser pour aplatir (13-10, 30).

Le Racing aurait pu prendre le large juste avant la pause mais Louis Dupichot a vu son essai refusé après arbitrage vidéo pour avoir posé le pied en touche avant d'aplatir (40).

- Lyon à la peine physiquement -

De leur côté, les Lyonnais pourront regretter un début de match compliqué, entre la sortie de leur capitaine, le centre néo-zélandais, Charlie Ngatai, dès la 12e minute, victime d'une commotion cérébrale, et deux occasions franches vendangées par Dylan Cretin (15), puis la paire de centre Tuisova – Barassi (24).

Ils ont également semblé pêcher physiquement en début de seconde période.

Le LOU a d'ailleurs perdu deux nouveaux joueurs sur blessure : le pilier droit Francisco Gomez-Kodela dès son entrée en jeu, sonné dans un contact (48) et le troisième ligne aile Dylan Cretin (60). L'équipe lyonnaise a dû terminer le match avec trois deuxième lignes sur le terrain.

Malgré tout, les Lyonnais, avec Mathieu Bastareaud, replacé au centre dans les vingt dernières minutes, se sont offerts un baroud d'honneur pour tenter d'arracher la victoire après être revenus à quatre points à la suite d'une penaltouche qui a permis à Josh Tuisova de marquer en force (27-23, 62).

Dans la foulée, Léo Berdeu a raté une pénalité dans ses cordes, face aux poteaux qui aurait permis au LOU de revenir à un point (62). Le sursaut d'orgueil et ses efforts désordonnés n'ont donc pas suffit et le Racing, mieux organisé, a pu conserver logiquement son avance.