Triathlon: Vincent Luis réalise le doublé mondial à Hambourg

Paris (AFP)

Publicité

Et de deux! Sans public et sur une seule course, en raison de la pandémie de Covid-19, Vincent Luis a remporté son deuxième titre de champion du monde de triathlon, en maîtrisant samedi l'épreuve de Hambourg (Allemagne).

Pour son premier sacre mondial l'an passé à Lausanne, Vincent Luis pouvait se permettre de gérer: une cinquième place était suffisante, car le titre mondial était décerné au terme d'une saison de sept épreuves.

Cette année en revanche, avec la pandémie de Covid-19, la série mondiale de triathlon (WTS) a été réduite à une étape, avec un titre mondial qui se joue, comme c'était le cas avant 2009, sur une seule course.

Pas question donc de calculer pour le Français de 31 ans, d'autant plus qu'au lieu d'un format olympique classique (environ deux heures d'effort), les organisateurs ont dû se rabattre sur un format sprint, deux fois moins long.

"Je pense que l'on était tous contents d'avoir une course, et de pouvoir montrer ce que l'on a fait ces dix derniers mois", a commenté Vincent Luis à l'issue de sa course.

Grâce à la partie natation, il a d'abord réussi à décrocher les meilleurs coureurs -le Belge Jelle Geens, le Britannique Alex Yee, le Sud-Africain Richard Murray et l'Espagnol Mario Mola- et s'est retrouvé dans le groupe de tête d'une petite dizaine de triathlètes, dont les Français Léo Bergère et Dorian Coninx, ainsi que les frères Alistair et Jonathan Brownlee.

- Avec les meilleurs mondiaux -

"Lorsque l'on a les deux frères Brownlee dans son groupe, on a une bonne chance de prendre les commandes", s'est réjoui le leader du triathlon français.

Le groupe a su conserver une vingtaine de secondes d'avance sur le groupe de chasse à l'issue des 20 km à vélo, dans le Stadtseepark hambourgeois où l'épreuve avait été délocalisée pour éviter le public sur les grandes artères de la ville hanséatique.

Les six semaines passées en altitude du côté de Font-Romeu ont servi à Vincent Luis, dans les derniers 500 mètres de la course à pied (5 km), pour décrocher ses deux derniers adversaires pour le titre: le Portugais Vasco Vilaca, finalement 2e, et le Français Léo Bergère, 3e.

"Je savais que j'étais en forme. Il y a les meilleurs mondiaux dans mon groupe d'entraînement. Je savais que Jelle Geens était l'un des coureurs les plus rapides et je faisais mes sessions avec lui. On n'a pas besoin de faire de course quand on a les meilleurs mondiaux dans son groupe", s'est réjoui le Français.

Depuis l'été 2018, Vincent Luis s'entraîne au sein d'un groupe réunissant les meilleurs mondiaux. Un changement payant, puisqu'il est désormais double champion du monde.

Chez les dames, Cassandre Beaugrand a dû se contenter de la onzième place, distancée du groupe de tête lors de la partie à vélo. L'Américaine Katie Zaferes a cédé son titre à la Britannique Georgia Taylor-Brown.