L'opposant russe Alexeï Navalny sorti du coma artificiel

L'opposant russe Alexeï Navalny, le 16 janvier 2018, à Moscou.
L'opposant russe Alexeï Navalny, le 16 janvier 2018, à Moscou. AFP - MLADEN ANTONOV

Hospitalisé depuis deux semaines en Allemagne, l'opposant russe Alexeï Navalny va mieux et a été sorti du coma artificiel, a annoncé, lundi, l'hôpital de la Charité à Berlin.

Publicité

Victime d'un empoisonnement en Russie selon Berlin, l'opposant au Kremlin Alexeï Navalny a été sorti du coma artificiel et réagit à la parole, a annoncé, lundi 7 septembre, l’hôpital berlinois de la Charité.

Son "état de santé [...] s'est amélioré", a souligné l'hôpital, l'un des plus réputés en Europe, tout en réaffirmant que des séquelles à long terme "de ce lourd empoisonnement" à un neurotoxique de type Novitchok n'étaient "pas à exclure".

>> À voir : Empoisonnement d’Alexeï Navalny : nouveau bras de fer entre Moscou et l’Occident ?

Principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, 44 ans,  a été "sans équivoque" empoisonné en Russie, lors d'une tournée électorale, par un agent neurotoxique de type Novitchok, une substance conçue à l'époque soviétique à des fins militaires.

00:46

Ultimatum de Berlin à Moscou

Berlin et les autres pays occidentaux pointent du doigt les autorités russes et les exhortent à fournir des explications. Le bras de fer s'est durci, dimanche, l'Allemagne fixant un ultimatum de quelques jours à Moscou pour "clarifier ce qui s'est passé".

L'ambassadeur de Russie au Royaume-Uni a par ailleurs été convoqué, lundi, au ministère britannique des Affaires étrangères, pour s'expliquer sur cet empoisonnement, a annoncé le chef de la diplomatie Dominic Raab.

>> À lire : Empoisonnement d'Alexeï Navalny : le dilemme de Merkel face à Poutine

Les autorités britanniques avaient été confrontées en 2018 à une attaque au Novitchok contre un ex-agent double russe, Sergueï Skripal, et sa fille Ioulia, dont elles avaient accusé Moscou.

Le Kremlin a de son côté dénoncé, lundi, les tentatives "absurdes" d'accuser la Russie. "Toute tentative d'associer la Russie de quelque manière que ce soit à ce qui s'est passé est inacceptable à nos yeux", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le gazoduc Nord Stream 2 en danger ?

Dans ce contexte, les appels à sanctionner la Russie se multiplient en Occident. Et désormais des conséquences pour le projet de gazoduc Nord Stream 2 ne sont pas exclues.

Les Russes assurent de leur côté que Nord Stream 2 n'est pas menacé. "Ce projet sera réalisé. Il y a certaines difficultés mais néanmoins, il continue", a déclaré le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak, cité par les agences russes.

Censé approvisionner l'Allemagne et l'Europe en gaz russe, ce projet phare entre la Russie et l'Europe a jusqu'ici été très cher à l'Allemagne, eu égard aux intérêts économiques et énergétiques majeurs en jeu : plus d'une centaine d'entreprises européennes, allemandes pour la moitié, y sont associées.

Lundi, le président américain Donald Trump a réitéré lors d'une conférence de presse que les États-Unis était "en faveur" de l'abandon, et qu'il avait été "le premier à émettre l'idée".

Alexeï Navalny, connu pour ses enquêtes anti-corruption visant l'élite politique russe, s'est trouvé mal le 20 août et a été hospitalisé en urgence à Omsk en Sibérie, avant d'être évacué vers Berlin à l'issue d'un bras de fer entre son entourage et les médecins russes.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine